Ettajdid : Ahmed Brahim succède à Harmel





L’universitaire retraité Ahmed Brahim a été élu de façon consensuelle, dimanche, nouveau premier secrétaire général du Mouvement Ettajdid, selon une communiqué du parti.


 


Tunis - Le Quotidien


Ancien professeur de français à l’université de Tunis I, Ahmed Brahim, 61 ans, a été choisi une semaine après le congrès national d’Ettajdid qui s’était achevé sans élire un secrétaire général et un Bureau politique.


Ahmed Brahim, qui a été le seul candidat à briguer le leadership de cette formation de gauche construite en 1993 sur les cendres du parti communiste tunisien (PCT) fondé en 1920, a exprimé lundi sa «fierté» affirmant que son élection «consacre les principes de l’alternance et de la démocratie» prônés par Ettajdid.


Le nouveau secrétaire général d’Ettajdid qui avait coopté à l’occasion de ses dernières assises nationales des personnalités indépendantes pour former une «coalition démocratique en rupture avec les courants exploitant la religion à des fins politiques», succède à la tête du «premier noyau du pôle d’opposition progressiste» à Mohamed Harmel qui était resté durant plus de 26 ans le chef  «incontesté» du parti.


Les membres d’Ettajdid et leurs partenaires indépendants ont également élu dimanche un «secrétariat» comprenant quatre secrétaires généraux adjoints. Ce secrétariat est «paritaire» d’autant qu’il se compose de deux membres d’Ettajdid (Hatem Chaâbouni et Jouneïdi Abdeljaoued) en de deux personnalités indépendantes, et l’occurrence l’économiste et ancien président de la section tunisienne d’Amnesty International, Mahmoud Ben Romdhane et l’universitaire Samir Ettaïeb.


Les quatre secrétaires généraux adjoints siègeront dans un bureau politique de douze membres choisis conformément au principe de la parité.


L’alliance autour d’Ettajdid, qui avait lancé depuis janvier 2006 une coalition «laïque», s’était heurtée au retrait de certaines personnalités indépendantes dont l’avocat Abdelaziz M’zoughi ainsi que certains de ses propres militants comme le député Thameur Driss.


Ses promoteurs tablent toutefois sur la réintégration de ces «mécontents» et demeurent «ouverts à toutes les forces progressistes».


Durant les trois jours du congrès, les membres d’Ettajid et les indépendants ont souligné la nécessité de réformes politiques et économiques pour «sauvegarder les acquis du projet moderniste tunisien et mettre fin à la «dispersion» de l’opposition démocratique, selon le communiqué.


 


Walid KHEFIFI


________________


 


Nouveau Bureau poltique d’Ettajdid


 


-Anouar Ben Naoua


-Mahmoud Ben Romdhane


-Slim Ben Arfa


-Mekki Jaziri


-Taoufik Houij


-Adel Chaouech


-Hatem Chaâbouni


-Tarek Chaâbouni


-Samir Ettaïeb


-Jouneïdi Abdeljawed


-Mohamed Lakhdhar Lala


-Abdelaziz Messaoudi.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com