Dialogue interpalestinien : Abbas coupe les ponts





Le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas a réitéré hier lors d'une visite en Egypte son refus catégorique de tout dialogue avec le Hamas avant la restitution de la bande de Gaza prise par la force par le mouvement islamiste à la mi-juin.


 


Le Quotidien - Agences


"Ce que le Hamas a fait a été une opération destructrice, qui a aidé tous ceux qui ne veulent pas d'un Etat palestinien indépendant", a déclaré. Abbas lors d'une conférence de presse à l'issue d'un entretien avec le président égyptien Hosni Moubarak à Alexandrie (nord).


 "Si le Hamas veut dialoguer, il doit revenir sur tout ce qu'il a fait", a-t-il poursuivi, avant d'ajouter qu'il n'y avait "pas de dialogue" à l'heure actuelle entre son mouvement, le Fatah, et le Hamas.


"Lorsque le Hamas annoncera être revenu sur ses actes, alors mille parties pourraient intervenir pour mener des médiations", a-t-il estimé.


Le Hamas a pris le contrôle de la bande de Gaza le 15 juin après avoir défait sans mal les forces de sécurité de M. Abbas dans des combats meurtriers.


Abbas a également insisté sur le fait que le mouvement islamiste doit lui rendre les pouvoirs dans la bande de Gaza. "Il y a une institution qui s'appelle le président de l'Autorité palestinienne et il est le seul légitime", a-t-il lancé.


L'un des dirigeants du Hamas, Ismaïl Haniyeh, qui se considère toujours comme le Premier ministre légitime malgré son limogeage par Abbas après le coup de force du mouvement islamiste, avait affirmé avant-hier à la presse qu'il était prêt à renoncer à ce poste pour parvenir à un accord.


Il avait toutefois assuré que le Hamas n'était pas prêt à rendre le pouvoir dans l'immédiat. "Malgré les pressions, le Hamas ne capitulera pas", avait-il indiqué.


Le Fatah a rejeté hier les propos de Haniyeh, estimant qu'en invoquant la possibilité d'un dialogue avec le Fatah, le Hamas "se leurre lui-même et leurre le peuple palestinien", selon le chef du bloc parlementaire du Fatah, Azzam Al-Ahmad.


Le dirigeant palestinien s'est également entretenu avec Moubarak de la conférence internationale proposée par le président américain George W. Bush.


"Nous voulons aboutir à un cadre de travail applicable dans la réalité avant cette réunion internationale", a-t-il souligné, estimant qu'il n'existait "pas de divergences" entre la vision de  Bush d'un Etat palestinien et l'initiative de paix arabe.


La rencontre avec Moubarak fait suite à un entretien entre Abbas et le Premier ministre israélien Ehud Olmert lundi à Ariha, en Cisjordanie.


Abbas a rejeté hier l'idée d'une déclaration de principes suggérée par Olmert.«Nous n'en voulons pas, il y a déjà eu beaucoup de déclarations de principes dans le passé" qui n'ont pas abouti, a-t-il affirmé.


Il a toutefois estimé que sa rencontre avec le Premier ministre israélien, la première à se tenir en territoire palestinien, avait été positive."Plusieurs problèmes affectant la vie quotidienne des Palestiniens seront réglés après ma rencontre avec le Premier ministre israélien Ehud Olmert à Ariha", a-t-il déclaré.


Quant à Olmert, il avait espéré à l'issue de sa rencontre avec Abbas l'ouverture prochaine de négociations sur la création d'un Etat palestinien.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com