Festival euro-méditerranéen du théâtre de la Jeunesse : Tous sur les plateaux… !





Du théâtre, du théâtre et encore du théâtre, avec un soupçon de danse montée sur une folle musique au bonheur des gens de l’Ariana du 14 au 19 août 2007. Un bol d’oxygène pour les jeunes et le festival est pour eux.


 


Le festival euro-méditerranéen du théâtre de la Jeunesse s’apprête à souffler sa cinquième bougie.


Lors de sa naissance, on était un petit cercle d’ami(es) autour du directeur Néjib Bouraoui pour lui donner un coup de pouce afin que le festival éclose dans la grandeur et dans le bon giron.


A l’époque, on avait avec nous notre ami et collègue, feu Mustapha Habibi.


L’homme d’une sensibilité à fleur de peau, prenait tout à cœur de cette manifestation dont il se sentait le parrain.


Il était donc parmi les premiers à se lever tôt pour aller voir les jeunes invités, causer avec eux de tout et de rien. Et pour rentrer le soir chez lui, il était parmi les derniers.


«Il faut qu’on soit derrière ce festival pour que tout aille au mieux. Il faut qu’on tienne bon pour l’art, pour le théâtre, pour les jeunes qui ont l’âge de nos enfants», nous répétait souvent Si Mustapha. Un homme qui n’a jamais badiné avec les choses sérieuses et qui essayait de ne pas montrer sa fatigue même quand il était à bout.


On ne l’a jamais vu se plaindre d’une quelconque situation ou d’un mal quelconque. Pourtant, il était mal et le mal qui le hantait a fini par l’emporter... Mais Si Mustapha peut se reposer dans son éternelle demeure tranquillement. Le festival de l’Ariana (son festival) est sur pieds et se porte bien. La barre a été mise assez haut et on a gardé le niveau. Comme il l’a voulu.


Quand nous avons reçu le courrier du festival, on a presque sauté de joie. Car on garde encore les souvenirs d’un bon travail en groupe et on s’est dit voilà les choses qui ont bien marché au début continuent à être sur les bonnes roulettes.


 


Demandez le programme


Pour cette 5ème session (déjà !), le programme se profile assez riche et varié au goût méditerranéen avec une pointe du centre de l’Europe. L’ouverture du bal aura lieu le 14 août à 19h00 au Centre culturel d’El Menzah VI. On a prévu de l’animation avec des spectacles de Aïssaouia, Stambali, marionnettes géantes et un défilé de majorettes.


Suivra l’inauguration d’une exposition qui passera en revue le parcours de la troupe de théâtre de Gafsa. Puis on passe aux choses sérieuses : il y a tout d’abord un hommage à Mouna Noureddine, femme de la scène qui a donné sa vie au théâtre. Ensuite, le directeur de la 5ème édition donnera son allocution de bienvenue et présentera les troupes participantes. Cerise sur le gâteau, et de finir la soirée en toute beauté avec le ballet de Syhem Belkhodja, le spectacle est assuré. Pas un iota de doute.


Le lendemain, il faut se réveiller tôt. A dix heures et toujours à El Menzah, la troupe du théâtre amateur francophone russe a quelque chose à montrer sur les tréteaux. Puis on enchaîne avec l’association culturelle Création Oran (Algérie) qui va nous montrer toutes les couleurs de «L’Enfer».


La Libye sera aussi au rendez-vous avec «Chen fih... Chen Sar» de la troupe nationale de théâtre et musique.


La Botte italienne sera présente avec son Centre de théâtre universel et l’Institution théâtrale Le Sebille, ainsi que le théâtre Zig Zag...


Le Liban sera aussi de la partie. La Syrie ne va pas à son tour manquer le moment de théâtre en Tunisie. Tout comme La Hongrie, la Roumanie. Pour l’Egypte, c’est aussi l’occasion de dire que le pays a monté une politique de théâtre pour les jeunes.


Nos voisins du Maroc sont aussi sur la ligne avec «Klem ellil», le dernier acte scénique du festival. Mais le festival aura aussi sa musique et pour aérer la cervelle de nos hôtes, tout un gala leur sera proposé.


Nos amis d’Algérie, du Maroc, d’Italie, de Hongrie, du Liban, de Libye, de Roumanie vont se permettre au cours de leur séjour tunisien une petite escapade. Mais une escapade un peu exceptionnelle avec des visites guidées dans les parages avec un périmètre de 20 km. Ils seront au Musée de Carthage, aux bains romains de la même ville et une tournée au Palais Ennejma Ezzahra de Sidi Bou Saïd. Et le tour est achevé.


L’invitation est ouverte à tous avec ce panaché de 4ème Art, tout pétillant. Ceci nous le confirmera le professeur Moncef Charfeddine dans une rencontre qui rendra compte du théâtre en Tunisie. Une parade sur mille et un plateau depuis l’Indépendance à nos jours, qui sera agrémentée par un arrêt sur quelques anecdotes tirées des coulisses.


On regrette de ne pas voir sur la liste d’autres pays. On pense ici à la France (présente auparavant), l’Espagne, la Grèce, le Portugal, la Turquie... tous ont brillé par l’absence.


On regrette aussi de ne voir que des papiers volants et des notes sur un dépliant et on n’a pas vu (ou reçu) un catalogue en trois langues comme d’habitude. C’est plus élégant, plus sérieux et ça donne une idée globale sur ce qui se fait et c’est bon pour l’archive. Bon aussi pour les étrangers qui vont rentrer avec un souvenir de Tunis et un témoignage de leur passage. Bon donc pour notre réputation. Surtout que notre réputation est de bonne presse. Les gens qui ont été auparavant à El Menzah, au théâtre de l’Ariana, au lycée de la Soukra et d’autres ayant abrité la manifestation peuvent à tout moment en témoigner. Souhaitons que la version 2007 soit à la hauteur des précédentes sessions pour répondre aux attentes du Comité culturel de la ville des Roses, des gens de la ville, de nos invités et de tous les fans de l’art.


 


Zohra ABID


__________________


 


Théâtre


Le temps des Universitaires


 


La 13ème édition du Festival international du théâtre universitaire, à Monastir, se poursuit jusqu’au 12 août avec la participation d’étudiants de Tunisie, d’Algérie, de Syrie, d’Arabie Saoudite, du Bahreïn, de Malte, de France, d’Allemagne et de Russie.


La présentation des onze pièces théâtrales prévues, dont 9 étrangères, a démarré avant-hier et se poursuit jusqu’au 11 courant au Ribat Sidi Dhouib et au Complexe culturel de Monastir.


Des discussions quotidiennes des pièces, des ateliers d’art dramatique, une rencontre avec des poètes et une autre sur le théâtre universitaire tunisien sont également prévus.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com