«Music Matbakh» : Une grande cuisine à savourer sans modération !





Des zestes de guitare et des notes électroniques, un brin de naï, de Oud et de percussions, malaxés soigneusement à une gamme de voix qui passe aisément de l’aigu au grave ont permis à toute l’équipe de «Music Matbakh» de mijoter un bon petit plat artistique. Et voilà après la Jordanie, la Syrie, le Maroc et l’Egypte, c’est au tour des Tunisiens de savourer les délices d’une rencontre arabo-britannique, le 16 de ce mois, à Tabarka.


 


Douze jeunes musiciens arabes ont débarqué en mai dernier à Londres pour prendre part à une grande opération artistique. Lancée par le British Council, sous le nom de «Music Matbakh» (cuisine en arabe), cette action avait comme objectif d’établir des ponts d’échange musical entre le Monde Arabe et la Grande Bretagne et de briser les frontières. Pour parvenir à ses fins, plusieurs séances de sélection ont eu lieu, au siège de cette organisation internationale à Londres et ont été orchestrées par le célèbre guitariste Justin Adams.


«Nous avons demandé à nos amis, des enseignants aux conservatoires et musiciens, de nous orienter vers des jeunes artistes pour que le dossier tunisien soit consistant et varié. Et nous avons envoyé les candidatures à Londres pour que les responsables puissent voir et juger les talents en fonction de la conception originale et globale et de l’esprit de cette rencontre artistique entre deux univers différents. Suite à cette sélection qui s’est déroulée sur plusieurs phases, douze artistes en herbe ont débarqué à Londres pour une résidence d’un mois et l’aventure a pris un autre tournant, professionnel, qui a permis à ces jeunes de présenter des concerts sur les scènes britanniques. Des concerts à succès qui ont attiré l’attention des médias et ont figuré sur les colonnes des grands journaux anglais», nous a expliqué M. Imed Belkhodja, le coordinateur de ce projet du côté du British Council, Tunisie.


Issus de divers milieux musicaux, les douze talents arabes ont dû travailler ardemment et sérieusement avec deux jeunes britanniques pour trouver de nouvelles idées et des phrasés harmonieux où toutes les influences et les registres se mêlent et se tressent avec charme et aisance. Mohamed Medhat (violoniste) et Ousso (guitariste) d’Egypte, Yacoub Said Abou Ghosh (guitariste) et Rouba Saqr (chanteuse) de Jordanie, Asma (chanteuse) et RGB (MC) du Liban, Essam Rafea (oud) et Moslem Rahhal (naï) de Syrie, Hichem Bajjou (vocaliste) et Taufik Hazzab Aka Bigg (MC) du Maroc, Andrew Mc Cormack (passionné des claviers) et Lee Taylor (joueur des tambours) du Royaume-Uni et le duo tunisien Lotfi Soua (percussionniste) et Skander Besbes (un pro de la musique électronique) ont tenté de tisser un nouvel univers musical où passion, héritage culturel et artistique et fraîcheur de la jeunesse, volonté ont fusionné sous la baguette de Justin Adams qui a à son compte plusieurs collaborations avec des artistes des quatre coins de la planète et surtout du Continent Noir. L’expérience a donné des résultats artistiques qui ont plu aux mélomanes britanniques. Ces derniers ont eu la chance de goûter aux premiers plats de cette «cuisine musicale».


«C’est dans l’esprit de partage et aussi de la promotion de cette expérience que cet ensemble s’est produit en Syrie, à Amman, au Maroc…la fin de cette tournée aura lieu sous le beau ciel de Tabarka, lors de la soirée d’ouverture de Tabarka World Music Festival. Suite à cette tournée, on va étudier les nouveaux horizons de cette expérience et l’avenir de ces jeunes dont quelques uns ont pu tourner les têtes des grands producteurs», nous a précisé M. Belkhodja, chargé de la coordination en Tunisie.


D’ailleurs, pour l’information, ces quatorze musiciens résident actuellement sur les berges du Nil pour une série de concerts. Si vous êtes parmi les férus des chaînes musicales arabes, vous pouvez tomber, en zappant, sur les bandes d’annonces des concerts de ces jeunes. Curieux, vous pouvez les voir en live et les juger sur la scène de la basilique. Un rendez-vous unique : le 16 à Tabarka.


 

Imen ABDERRAHMANI


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com