Question «existentielle» en Israël : Où faut-il lever les barrages et où ne faut-il pas ?





Le Quotidien-Agences


L'armée israélienne dresse actuellement un état des lieux sur la question sensible des barrages en Cisjordanie dans l'éventualité de lever certains d'entre eux, a déclaré hie le ministre israélien des Infrastructures à la radio publique.


"L’armée israélienne planche actuellement sur la question. Où faut-il exactement lever des barrages et où ne faut-il pas. Cela ne peut se faire du jour au lendemain", a déclaré Binyamin Ben Eliezer (Travailliste).


"Nous sommes favorables à toute chose susceptible de faciliter la vie des Palestiniens pourvu que nous assurions la sécurité du peuple d'Israël", a-t-il poursuivi.


Ben Eliezer, général de réserve et ancien ministre de la Défense est membre du cabinet de sécurité israélien.


La question récurrente de la levée de tout ou partie des quelque 500 barrages de l'armée israélienne en Cisjordanie qui empoisonne la vie quotidienne des Palestiniens et empêche l'essor de leur économie est au cœur de toutes les rencontres israélo-palestiniennes.


Pour épauler le président palestinien Mahmoud Abbas, après le coup de force des islamistes du Hamas qui ont pris le contrôle de la Bande de Gaza mi-juin, le Premier ministre israélien Ehud Olmert a libéré 250 détenus palestiniens, renoncé à poursuivre des activistes du Fatah, le parti de M. Abbas, qui déposeraient les armes, et débloqué une partie des fonds dûs à l'Autorité palestinienne.


Toutefois, la levée des barrages en Cisjordanie, plusieurs fois évoquée, n'a pas été jusqu'ici concrétisée.


Olmert avait évoqué une possible levée des barrages militaires en Cisjordanie, notamment lors du sommet israélo-arabe de Charm el-Cheikh (Egypte) du 25 juin dernier qui avait réuni outre Abbas et Olmert, le président égyptien Hosni Moubarak et le roi Abdallah II de Jordanie.


L'organisation israélienne de défense des droits de l'Homme B'Tselem a accusé début août dans un rapport les autorités israéliennes de se servir des barrages routiers en Cisjordanie comme d'une "punition collective" à l'encontre des Palestiniens.


Selon cette enquête, l'armée israélienne a mis en place 43 barrages fixes et 455 autres obstructions de routes en Cisjordanie. 312 kilomètres de route sont partiellement ou totalement interdits aux Palestiniens.


"Les autorités israéliennes ont transformé le droit élémentaire de circuler librement en un privilège qu'Israël accorde quand il lui convient", affirme le rapport.


L'organisation réclame la "levée de tous les barrages fixes et autres restrictions de mouvement en Cisjordanie" quitte à renforcer les contrôles aux frontières israéliennes et en Israël même en vue d'empêcher des attentats.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com