Protection des ressources halieutiques dans le Golfe de Gabès : La faune maritime régénère grâce à des récifs artificiels





Surexploitées pendant plusieurs décennies, la faune et la flore maritimes commencent à régénérer dans le Golfe de Gabès grâce à des récifs artificiels implantés dans la région dans le cadre d'un projet financé par l’Agence japonaise de coopération internationale (JICA).


 


Tunis-Le Quotidien


Le projet de protection du Golfe de Gabès contre la surexploitation des ressources halieutiques consiste à mettre en place des récifs artificiels pour protéger la végétation maritime et les alevins contre les filets des pêcheurs.


Ce projet, le premier du genre en Tunisie, commence à donner des résultats satisfaisants, selon la Direction de la pêche et de l'aquaculture au ministère de l’Agriculture et des Ressources hydrauliques.


La végétation et la faune maritime, dont des espèces de poissons devenues très rarissimes ces dernières années dans cette région, commencent à régénérer, selon la même source.


Les récifs artificiels ont été, dans un premier temps, installés dans les zones de Zarrat et des îles Kerkennah.


Le projet, qui s’étale sur cinq ans, a également prévu le développement de l’aquaculture  pour créer des sources de revenus aux petits pêcheurs.


Une étude réalisée par l’Union Tunisienne de l’Agriculture et de la Pêche (UTAP) a montré que le Golfe de Gabès souffre d’une exploitation excessive de ses ressources halieutiques.


Ce Golfe représente, à lui seul, le tiers de la production halieutique en Tunisie.


Des techniques de pêche illicite qui empêchent le développement normal des alevins y sont aussi largement pratiquées.


Selon l’Institut national des sciences et des technologies de la mer, les côtes nord de la Tunisie, notamment les  régions de Bizerte, Mahdia et le Golfe de Hammamet sont encore sous-exploitées.


Durant le premier semestre 2007, la production halieutique a atteint environ 50.000 tonnes contre 47.000 tonnes au cours de la même période de 2006, selon les chiffres de la Direction de la pêche et de l’aquaculture.


 


W.K.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com