Notation : Fitch Ratings confirme la croissance de l’économie tunisienne





L’Agence internationale de notation Fitch Ratings vient de publier ses notes relatives à l’évaluation du développement de l’économie tunisienne. Le rapport de l’agence montre que la Tunisie continue à bénéficier d’une bonne et stable croissance économique.


 


Tunis – Le Quotidien


Selon ce rapport, la Tunisie a tiré profit d'un certain nombre de développements positifs en 2006, en particulier la privatisation de l’opérateur téléphonique national, Tunisie Télécom, qui ont permis à l'Etat d'accélérer la réduction de la dette publique et externe. Les indicateurs de liquidité internationale également se sont améliorés nettement, en raison de grands apports de devise étrangère.


L'agence Fitch Ratings a précisé, également, dans son rapport que l’exécution fiscale était meilleure que prévue, avec un déficit budgétaire de 3.1% avec une croissance accélérée du PIB entre 5.4% et 4.2% en 2005, conduit par une croissance soutenue de l'industrie et des services.


Le secteur bancaire a également montré une certaine amélioration, avec la réduction des crédits irrécouvrables et l'amélioration de la rentabilité. Cependant, la croissance économique moyenne de 5% durant les quatre dernières années n'a pas été suffisante pour réduire le chômage, qui est demeuré à plus de 14% en 2006.


Pour ce qui de la croissance économique de la Tunisie durant les prochaines années, l’agence souligne que les prévisions tournent autour de la diminution de la dette extérieure, pour rester de manière significative au-dessus des médianes de «BBB».


Le rapport de Fitch note, en outre, que la Tunisie a démontré la résilience substantielle aux chocs externes, tels que l'impact du 11 septembre 2001 sur le tourisme, ainsi que celui du démantèlement des accords multifibres sur ses exportations de textile.


Par ailleurs, la compétitivité de l'exportation s'est améliorée, grâce notamment à l’évolution continue des exportations des produits manufacturés, en particulier les composants automobiles.


L'ouverture du marché de la Tunisie aux exportations européennes en 2008, représente cependant un des principaux défis de la prochaine étape, de même que celui de la restructuration du secteur bancaire qui demeure, selon le rapport de l’agence, parmi les principales faiblesses de l’économie tunisienne.


La Banque centrale (BCT) a présenté des mesures de restructuration et de modernisation du secteur financier. Néanmoins, les mesures additionnelles seront nécessaires pour préparer le système financier à la libéralisation du dinar programmée pour 2009.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com