De l’égalité des chances





L’autofinancement a toujours été le casse-tête chinois des promoteurs démunis, au départ, et qui n’ont pas le moyen d’injecter dans le projet leurs propres ressources. Les textes juridiques et réglementaires étaient nets et clairs à ce sujet.
Il est vrai que derrière ces dispositions réside toute une philosophie  destinée essentiellement à motiver le promoteur et à éliminer une fois pour toutes la mentalité de l’éternel assisté. Mais les faits ont démontré que ces textes réglementaires constituent une pierre d’achoppement pour les petits promoteurs et les jeunes diplômés qui n’ont pas de revenus.
La décision présidentielle de mettre en place les mécanismes nécessaires pour venir en aide à cette catégorie sociale démunie constitue véritablement une bouffée d’oxygène pour les démunis soucieux de mettre en place leurs propres projets et de gagner dignement leur vie. En effet, ces mécanismes sont à même de leur permettre d’entrer de plain-pied dans le monde du travail et d’instaurer les égalités de chances en matière de création de projets et d'intégration dans le circuit économique.
Le décret présidentiel signé hier permet à cette catégorie sociale de bénéficier d’une dotation remboursable sans intérêts, pour couvrir le montant de l'apport personnel au capital nécessaire à la finalisation du schéma de financement.
Les bénéficiaires devraient à leur tour démontrer qu’ils restent à la hauteur de la confiance placée en eux et qu’ils méritent pleinement cette attention. Ils sont appelés par ailleurs à fournir tout l’effort nécessaire pour réussir leurs projets et contribuer ainsi directement au développement de l’économie nationale.
C’est la deuxième décision majeure prise en quelques jours au profit de la classe moyenne. L’autre mesure se rapporte à la réduction des primes d’assurance des motocycles utilisés essentiellement par les ouvriers et les travailleurs pour gagner leurs lieux de travail.

Lotfi TOUATI


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com