Nord-Ouest : Un litige foncier tourne au drame





Rien ne peut se cacher dans un petit village. Les petites rencontres du matin sont faites essentiellement pour échanger les informations. Et ce matin-là, l’information donnée était tellement importante qu’elle allait provoquer une véritable «guerre» entre deux familles!


 


Tunis - Le Quotidien


Le soleil s’est levé depuis bien des heures. La chaleur suffocante de  ce mois de juillet a contraint plus d’un à aller chercher une petite place à l’ombre.


Comme d’habitude ceux qu’on appelle les sages du village ont pris, un à un leur place devant le seul local commercial donnant sur la route qui traverse la localité.


Thé et café sont servis à volonté. La fumée des cigarettes annonça ainsi le début d’une journée pas comme les autres.


Bientôt, les agents de la garde nationale passeront pour s’assurer que tout  va bien. Le facteur fera également sa tournée hebdomadaire. Plus d’un villageois se frotte déjà les mains. C’est, en effet,  la période de la remise des pensions et des allocations familiales.


Ici et pour faciliter les démarches administratives, le sac du facteur se transforme toutes les fins du mois en un guichet de poste. Les bénéficiaires sont payés sur place et le facteur est salué comme il se doit par les villageois très reconnaissants.


Les gamins ont envahi la place publique. Ils grimpent d’ores et déjà les arbres et tentent vainement de cueillir quelques fruits qui ont échappé aux becs des oiseaux.


De temps en temps, l’un des vieillards lance un appel aux enfants pour qu’ils fassent attention et ne pas trop s’aventurer afin de ne pas se blesser.


C’est une journée tout à fait ordinaire... n’eut été le bruit de cette voiture qui progressait lentement pour venir s’arrêter juste en face de nos vieux ayant entamé déjà, la première partie de dames de la journée.


Un homme descendit du véhicule. Il salua nos vieillards et se dirigea dare-dare vers l’épicerie. Le commerçant quitta le comptoir et à l’aide de son index, il indiqua au visiteur la maison qu’il cherchait.


Les sages du village se retournèrent alors vers l’épicier pour comprendre ce qui se passait. Il s’est avéré alors qu’il s’agissait de l’un de ces villageois qui ont quitté la localité depuis belle lurette abandonnant, au passage, leurs biens.


Ce visiteur est là, justement, pour revendiquer le patrimoine familial. Il y a en effet trente ans son père fut contraint de quitter le village. Dans la foulée, il omit de régler une affaire d’une extrême urgence à savoir enregistrer à la Conservation foncière un lot de terrain de plus d’un hectare.


La terre était depuis exploitée par un autre villageois qui, au fil des années, en est devenu le propriétaire.


Il a fallu que le père de ce visiteur décide pour qu’on découvre dans ses papiers un document concernant ce même lot de terrain. Du coup, son fils a décidé de monter au créneau pour recouvrer ses droits.


Il entama ainsi les premières démarches et échoua au même village où étaient nés ses ancêtres. Le premier contact avec celui qui exploitait la terre tourna au drame.


Les deux hommes en vinrent aux mains. Tout de suite après les enfants avaient rejoint leur père pour corriger comme il se doit cet indésirable visiteur.


Heureusement que quelques villageois ont pris la peine d’alerter les agents de l’ordre. Les auxiliaires  de la justice sont intervenus à temps pour mettre fin un grave incident qui avait toutes les chances de se solder par un meurtre.


Arrêtés, le père et ses fils devraient répondre prochainement de leur acte devant la justice.


 


H.M.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com