Les jeunes et les relations compliquées : Un mal nécessaire au départ, un danger à l’arrivée





Les mythes de Roméo et Juliette, de Tristan et Iseult et autres amoureux semblent faire partie de l’utopie. Selon certains, les coups de foudre n’existent pas et l’amour réciproque qui frappe à la porte des cœurs au même moment ne fait partie que des contes de fée… « Suis-le, il te fuit. Fuis-le, il te suit », dit-on. Qu’en pensent justement les jeunes ?


 


Tunis-Le Quotidien


Toute personne normalement conçue a besoin d’aimer et d’être aimée. A priori, les relations basées sur des sentiments amoureux réciproques ont de fortes chances d’aboutir. Toutefois, selon certains dires, il est difficile que deux personnes tombent amoureux l’un de l’autre au même moment et avec la même intensité. L’on voit certes des centaines de couples déambuler la main dans la main, mais est-ce pour autant une preuve que leur couple va à ravir et que cette relation aboutira au mariage ? La réponse ne semble pas du tout évidente ! Bon nombre de jeunes reconnaissent n’avoir aucun penchant pour une personne qui se met à la portée dès le début. En d’autres termes, on livre nos sentiments au vis-à-vis et on est illico “cuit“… Celui qui se sent éperdument amoureux laisse généralement ses sentiments s’épanouir. Il criera son amour sur les toits et se pliera en quatre pour satisfaire l’être aimé. Le récipiendaire d’un tel flot de sentiments peut être terrifié par un amour aussi intense et passionné. Plus on lui donne, plus on a l’impression de le perdre. Pourquoi ? Il semble que cet être aimé se sent dans une position de force. Sans avoir fait le moindre pas vers l’autre, son partenaire lui donne sans compter, fait tout pour le satisfaire et les choses avancent avec une très grande aisance. Il trouve que cette relation manque d’originalité voire, trop ordinaire. De plus, le partenaire est déjà beaucoup trop mordu de lui pour qu’il songe à faire le moindre effort. Par ailleurs, la nature humaine implique que l’on ne fait pas d’effort pour garder quelque chose qu’on a déjà dans la poche. Or, cet être aveuglé par amour et qui donne sans compter peut se réveiller un jour pour regarder la réalité en face : qu’ai-je reçu après avoir tant donné ? Se demandera-t-il. Là, il arrêtera de planer dans ses rêves chimériques et atterrira sur terre. Du jour au lendemain, il se rend compte que son partenaire lui a toujours fuit parce qu’il lui a toujours couru après… Il commencera à changer et c’est là et seulement là que l’autre sentira le déclic et qu’il essayera de se rattraper…La situation se renverse et cet amoureux d’autrefois devient glacial.


 


Brahim, maîtrisard de 25 ans, pense que les relations compliquées n’ont aucune chance d’aboutir. Tôt ou tard, celui qui donne se réveillera et là ça risque de finir et de la manière la plus brutale qui soit. «  Je pense que la nature humaine fait que l’on soit attiré par les choses difficiles. Plus la chose nous semble inaccessible, plus on fait des efforts pour l’atteindre. C’est pareil pour les relations amoureuses sauf que cela a du charme juste au début et surtout si l’on est encore à l’âge de l’adolescence. Une fois engagé, on ne peut plus se permettre d’être l’unique à faire des efforts et à donner. Cela fait du mal et cause des préjudices profonds dans la mesure où notre dignité est atteinte. Il est certes difficile de tomber amoureux sans avoir ressenti un peu de souffrance, mais si cela dépasse les débuts de la relation, cela devient grave. Nul ne peut jouer éternellement le rôle de celui qui donne à moins que l’on soit masochiste ! Cela finira par dégringoler et l’amour cédera le passage à la rancune. Les personnes mûres ont besoin de stabilité et de justice pour continuer leur chemin ensemble. Le cas échéant l’amour partira en miettes », dit-il.


 


Saber, étudiant de 23 ans, confirme également que plus on donne, plus on perd. « Franchement, je ne comprends pas pourquoi cela marche de cette manière. Mais à chaque fois que je m’engage dans une relation et que j’agis naturellement j’en reçois plein sur la figure ! Paradoxalement si je me montre distant, c’est ma partenaire qui donne sans compter. J’aurai aimé que ça marche de manière moins compliquée, mais à chaque fois cela se passe de la même manière. Cela me pousse à ne jamais être naturel et à toujours cacher mes sentiments ne serait-ce qu’au début. Une fois assuré que c’est réciproque, j’agis avec moins de calcul. Cependant, dès que je ressens que j’ai beaucoup donné, je me freine pour ne pas recevoir une raclée. C’est comme un jeu et il faut toujours avoir les yeux grands ouverts. Toutefois, si l’on passe aux choses sérieuses, il faut que cela cesse. Une relation durable nécessite une réciprocité, une harmonie et beaucoup de stabilité sinon un jour ou l’autre, ça va finir», dit-il.


 


Amel, étudiante de 22 ans, trouve nécessaire le fait de faire courir son partenaire. « Je ne le fais pas de gaieté de cœur, mais c’est le meilleur moyen de se protéger. Si on donne tout depuis le début, on n’aura plus rien à donner ensuite et de plus le vis-à-vis, même s’il est très noble, cessera de faire des efforts. Si un homme sent que la fille est à sa portée, il n’éprouvera plus le besoin de la conquérir et c’est le problème de la majorité des couples surtout ceux qui sont mariés. Si la femme sent qu’elle a piégé son mari juste parce qu’elle est son épouse légitime et vice versa, ni l’un ni l’autre ne fera d’effort pour garder son partenaire et la relation sera monotone, moche et très plate. Il faut toujours se montrer beau et séduisant aux yeux de son partenaire. Il faut toujours que l’autre ne soit pas sûr qu’il nous a bien acquis. Un peu de mystère, de cachotteries et d’intelligence pousseront toujours l’autre à faire des efforts. Ceci est valable aussi bien pour les couples mariés que célibataires et pour les hommes autant que les femmes », dit-elle.


 


Imène, étudiante de 22 ans, pense que la nature des personnes détermine la nature même de la relation. « Ceux qui agissent d’une telle manière manquent de maturité. Franchement je n’aime pas qu’on me fasse courir et je suis contre le fait de faire subir cela à la personne que je suis censée aimer ! Seules les personnes cupides et égoïstes font ce genre de calcul, mais ce qui est vraiment désolant c’est que plusieurs personnes n’accordent de l’intérêt à leur partenaire que lorsqu’il leur échappe. Or, si on commence à fuir, c’est que la partie est déjà perdue. Cette personne qui donne sans compter, finira un jour par en avoir assez et l’amour se dissipera. C’est vraiment dommage parce que lorsque le vis-à-vis se rend compte qu’il y a danger et lorsqu’il essayera de se rattraper, c’est déjà irrécupérable et trop tard. Si on donne sans recevoir autant, on va un jour arrêter d’aimer cette personne qui ne nous a pas accordé l’intérêt qu’on mérite et qui nous a fait tellement mal. Ce genre de complications est tolérable au début d’une relation parce que tous les deux sont sur la défensive et ne se connaissent pas assez. Mais si cela dure,  c’est l’amour qui va fuir », dit-elle.


 


Jihed, étudiant de 22 ans, reconnaît que le fait d’agir naturellement depuis le début d’une relation est nuisible. « Il faut absolument qu’on ne se livre pas totalement depuis le début. L’autre va se plaire dans sa position de confort et se contentera de recevoir sans jamais penser à donner. Et pourquoi va-t-il se casser la tête s’il est sûr que son partenaire l’aime, tient à lui et lui donne autant ? Donc, on veut éviter de souffrir, il ne faut pas se livrer entièrement. Mais une fois la relation tient la route, il faut cesser de se montrer égoïste et calculateur sinon notre partenaire nous quittera un jour ou l’autre », dit-il.


 


Safouane, étudiant de 22 ans, pense que les complications ne doivent jamais dépasser la première phase. « On doit se retenir au début parce qu’on ne sait pas de quel genre de personne il s’agit et parce qu’on ignore si l’autre partage ou non les mêmes sentiments que nous. Mais une fois cette phase dépassée, il faut absolument agir naturellement. Les calculs dénaturent la relation et lorsqu’une histoire est dénaturée, l’amour partira et rien ne sera récupérable même si on se plie en quatre », dit-il.


 


Abir CHEMLI




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com