U.S.M. : Les convictions de Khammar





Malgré ses 32 ans (il est né le 23/11/75) Khammar ne donne point l’impression d’être affaibli par cet âge relativement avancé. Il a vite réussi son adaptation jusqu’à satisfaire son entraîneur qui lui a confié le brassard de capitaine d’équipe dès la journée d’ouverture, dimanche dernier devant EGSG.


 


Vous voilà de nouveau à l’USM après l’avoir quittée?


L’USM m’a énormément manqué durant les 4 années précédentes. N’oubliez pas que c’est dans cette famille que j’ai appris les premières notions du football, avant de jouer en équipe fanion à partir de la saison 98-99, à l’âge de 23 ans. Une fois le professionnalisme instauré, mes conditions sociales m’ont poussé à répondre à une offre intéressante émanant du ST. C’était uniquement pour améliorer une situation matérielle, en vue d’assurer de meilleurs revenus à ma famille. Je remercie Dieu de m’avoir offert une telle occasion pour me sentir à l’abri du besoin vis-à-vis de mes charges de plus en plus lourdes.


 


De retour au bercail, vous avez sans doute trouvé une nouvelle USM


A vrai dire, je n’ai jamais cessé d’être à l’écoute du club de mes premières amours, jusqu’au plus petit détail. Mes relations avec mes coéquipiers, que j’ai côtoyé depuis les minimes, se sont poursuivies sans relâche. J’étais même emballé par les performances des 2 dernières saisons au cours desquelles l’USM s’est forgé les dimensions d’un véritable candidat à la consécration finale. Cette nouvelle mentalité était à l’origine de ma réintégration pour m’apercevoir, de visu, que beaucoup de choses ont changé pour faire de cette équipe une véritable famille unie pour le meilleur. Des dirigeants mobilisés pour la cause, un public qui, depuis l’an dernier, m’a agréablement touché, un entourage favorable à l’éclosion de vrais talents. Tous ces facteurs ne peuvent que prédire un avenir prometteur.


 


Et à propos de Hay, votre nouvel entraîneur?


C’est une chance unique qui m’a été offerte pour justifier la nostalgie éprouvée par les anciens qui n’ont cessé de me rappeler les années de gloire réussies avec les techniciens allemands. Je suis persuadé que M. Hay est en mesure d’éclipser ses autres compatriotes.


Le sérieux, la ponctualité, la volonté de réussir et de satisfaire, l’amour indéfectible pour les couleurs du club, son bagage technique, ses qualités morales confirmées, autant de références solides qui finiront par nous mener à bon port, avec cette équipe profondément métamorphosée après le départ de plus de la moitié de ses éléments de base dont j’ai connu l’étendue de leurs talents et leur application sur le terrain. Grâce à notre nouvel entraîneur, les nouvelles recrues, une fois adaptées aux nouvelles exigences, s’imposeront comme de potentiels successeurs.


 


Pour votre première apparition, lors de la journée d’ouverture, vous avez été promu capitaine d’équipe?


Tarek Achour et Ali Ben Abdelkader, défaillant lors de cette rencontre, l’ont été avant moi pour les matches amicaux. D’autres seront peut-être appelés à bénéficier de cette distinction. Pour ce qui me concerne le fait d’avoir été invité à être aux côtés de M. Hay, lors du point de presse du jeudi 9 de ce mois m’a comblé. Etre capitaine est une responsabilité que je dois assumer comme telle pour être à la hauteur de la confiance mise en moi. Heureusement, j’ai rempli cette mission sans bavure, non pas par l’unique but de la partie que j’ai réalisé, mais plutôt par l’esprit de groupe qui a prévalu tout au long du match. Cette mission ayant été remplie, le mérite revient à tous les joueurs qui, chacun à partir de son poste, ont contribué à la victoire finale.


 


En dehors du résultat acquis, l’équipe n’est pas tout à fait au point?


L’éclipse forcée de Ben Abdelkader, l’indisponibilité de Ben Belgacem, la non titularisation de Thubo Ranchobe, et enfin, la crainte de rater cette première sortie, nous ont, tout de même, gênés. Cette confiance en nos moyens, provoquée par ce premier examen en compétition officielle, ne peut que constituer un gage d’assurance pour la suite de la compétition.


 


L’USM est engagée, cette saison, sur 3 fronts. Comment en voyez-vous l’issue finale?


Nous avons des objectifs à atteindre, tracés par notre entraîneur. Nous travaillons pour honorer nos engagements. Le message de M. Hay, nous l’avons bien reçu pour aller le plus loin possible, conformément aux vœux de nos dirigeants, et de notre cher public, tous assoiffés de couronnement. La balle est désormais dans notre camp pour matérialiser les ambitions projetées. Le parcours de cet exercice sera, nous en sommes conscients, pénible, long et dur. Toutes les précautions ont été prises en vue d’éviter les erreurs de la dernière saison. Une concentration totale sur ces échéances est impérative. Nous y sommes déjà grâce aux directives de notre entraîneur, le plus concerné par les objectifs assignés, pour les beaux yeux d’un entourage favorable et salvateur.


 


Entretien réalisé par


M. NABLI




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com