Sombres perspectives





Depuis quatre jours,  toute la bande de Gaza sombre dans le noir en raison du non-paiement des factures de l’acheminement du fioul. Il s’agit de la raison apparente d’une affaire qui se caractérise par sa complexité et ses enchevêtrements. En effet, l’UE qui finance l’achat de combustible agit sur la foi  "d’informations indiquant que des mesures étaient prises par le Hamas pour détourner une partie des revenus de la production d'électricité à Gaza".


 Près de deux millions sont ainsi privés d’un des droits élémentaires, en l’occurrence l’électricité, à la faveur d’informations  non vérifiées, et au vu et au su de la Communauté internationale.


La raison invoquée par l’UE n’est guère convaincante en dépit de  ses largesses envers le peuple palestinien. Depuis la mise en place de l’Autorité palestinienne, l’UE a déployé de gros moyens pour financer des projets importants dans la bande de Gaza et en Cisjordanie, ce qui a permis d’atténuer un tant soit peu les souffrances du peuple palestinien et de mettre en place des structures socio-économiques (dont plusieurs ont été détruites impunément par l’armée israélienne).


Quoi qu’il en soit, cette situation prouve la fragilité de l’économie palestinienne,  totalement à la merci des vicissitudes de la conjoncture politique et des humeurs des uns et des autres. 


La privation de la bande de Gaza de l’électricité constitue également une conséquence de la situation de chaos politique qui sévit dans la région. La petite portion de territoires « autonomes » ne supporterait pas à coup sûr deux gouvernements a fortiori d’obédiences et de stratégies diamétralement opposées.


L’on est tenté d’affirmer que les Palestiniens sont en passe de se tromper de combat et d’offrir ainsi à l’occupant de beaux prétextes pour persister dans l’erreur. Sombres perspectives en fin de compte.


Il est temps qu’ils revoient leurs stratégies et unissent leurs efforts pour aller de l’avant et éviter ainsi de faire le jeu de l’occupant.


 


Lotfi TOUATI




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com