Quatorze GI’s tués dans le crash d’un hélicoptère : Journée noire pour les Américains en Irak





L'un des crash d'hélicoptère les plus meurtriers de la guerre en Irak a tué 14 soldats américains hier alors qu'un kamikaze a fait exploser un camion piégé sur un marché d'une localité au nord de Bagdad, faisant au moins 20 morts et 80 blessés.


 


"Deux hélicoptères UH-60 Blackhawk effectuaient une mission de nuit lorsque l'un d'eux s'est écrasé. Il avait à bord quatre membres d'équipage et dix passagers", a indiqué un communiqué militaire américain.


Il s'agit d'un des crashs de cette nature les plus meurtriers depuis le début des opérations américaines en Irak en mars 2003. Il porte à 3.719 le nombre des militaires américains tués depuis cette date, selon un décompte de l'AFP basé sur des chiffres du Pentagone.


Selon les militaires américains, la chute de l'hélicoptère dans la zone d'opération de la "Task Force Lightning", dont le Quartier Général est à Tikrit, bastion sunnite au nord de Bagdad, aurait été provoquée par une défaillance technique et non par des "tirs hostiles".


 


Attaque


Plus tard, dans la ville de Baiji, proche de Tikrit, un kamikaze a lancé son camion contre un poste de police au centre du marché de cette ville à une heure d'affluence, tuant au moins 20 personnes, dont cinq policiers. Le poste de police a été soufflé par la déflagration, ainsi qu'un grand nombre d'échoppes.


Le kamikaze visait un poste de police qui a été presque complètement détruit, a indiqué à l'AFP le capitaine de police Saad Nouri, et de nombreuses échoppes ont été endommagées.


Cinq policiers figurent parmi les tués, a précisé à l'AFP le docteur Saad Jassem de l'hôpital général de la ville. Il a ajouté que le bilan risquait de s'alourdir dans la mesure où des victimes étaient encore prisonnières des décombres.


Le 24 juin, 15 personnes avaient été tuées dans une attaque similaire contre le commissariat principal de Baiji, une ville qui abrite une des plus


grandes raffineries d'Irak.Les 30.000 soldats supplémentaires ont été déployés avant tout dans Bagdad et sa périphérie, pour tenter d'y contrer l'action des groupes rebelles sunnites et des milices chiites. Dans cette zone, le nombre des incidents violents a effectivement diminué.


Mais le reste du pays a été le théâtre d'assassinats politiques et d'attentats meurtriers, comme en juillet dans le village d'Emerli, proche de Baiji, où 140 civils ont été tués dans un attaque suicide, ou encore, la semaine dernière, dans des villages du Kurdistan où plus de 400 habitants ont trouvé la mort dans une série d'attentats. Deux gouverneurs chiites ont également été tués ce mois-ci dans des provinces du sud.


Mardi, l'ambassadeur américain à Bagdad Ryan Crocker avait aussi jugé les progrès en Irak sur les questions politiques "très décevants". "Cette situation est frustrante pour nous, pour les Irakiens, et pour les responsables irakiens", avait déclaré le diplomate.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com