Prix de traduction «Ibn Khaldoun et Léopold Sédar Senghor» : Pour un échange fructueux entre arabophones et francophones





L’Organisation arabe pour l’éducation, la culture et les sciences (ALECSO) et l’Organisation internationale de la francophonie (OIF) continuent à stimuler les créateurs et à encourager les initiatives. Les prix de traduction Ibn Khaldoun et Léopold Sédar Senghor sont les nouvelles pistes d’un dialogue fructueux entre les cultures et les civilisations. Traducteurs, à vos plumes !


 


La traduction a toujours été ce trait d’union entre les cultures et les peuples mais aussi et surtout un mouvement d’échange et de transfert des connaissances. D’ailleurs, c’est grâce à cette action du transfert du savoir des ouvrages de l’antiquité, accompagné d’une lecture critique et analytique que la civilisation arabo-musulmane a connu son apogée sous le règne des Omeyyades et Abbassides.


Il faut jeter un coup d’œil sur l’histoire universelle et voir l’apport des savants musulmans à cette époque et dans différents domaines scientifiques, relatives aux sciences exactes, pour comprendre la place prépondérante et le rôle basique de la traduction dans l’histoire de l’humanité.


Cet élan scientifique et ces avancées techniques ont été la source qui a nourri l’Occident, ce soleil qui a transformé l’obscurité de l’Occident en lumières. Convaincues du rôle de la traduction, l’Organisation arabe pour l’éducation, la culture et les sciences (ALECSO) et l’Organisation internationale de la francophonie (OIF) ont choisi de conjuguer leurs efforts en lançant les prix de traduction Ibn Khaldoun (de l’arabe vers le français en sciences humaines) et Léopold Sédar Senghor (du français vers l’arabe en littérature).


D’ailleurs, ces deux prix ont vu le jour dans le cadre de l’accord de coopération qui a été signé entre les deux organisations en décembre 2001 et dont l’objectif est de récompenser les efforts de traducteurs dans les deux langues et de promouvoir l’échange et le débat entre les pays arabophones et francophones.


Pour la saison 2007- 2008, l’ALECSO et l’OIF viennent d’annoncer l’ouverture des candidatures pour les deux prix dont le montant est de 10 mille dollars pour chacun. Et pour donner plus de notoriété et de teneur à ce concours, les deux organisations ont fixé un nombre de clauses pour que les candidatures soient retenues. D’ailleurs et dans cet esprit, l’ALECSO et l’OIF exigent que l’ouvrage doit être la première traduction d’une œuvre maîtresse qui n’a pas fait l’objet d’autres traductions et qui n’a pas été publié avant 2004.


Pour avoir plus de détails sur les conditions nécessaires pour participer à ce concours, les traducteurs sont invités à consulter le site de l’Organisation arabe pour l’éducation, la culture et les sciences, ALECSO, sur l’adresse suivante : www.alecso.org.tn où celle de l’Organisation internationale de la francophonie : www.francophonie.org. Notons que le dernier délai de la remise des candidatures a été fixé pour le 30 décembre 2007 et que la remise des prix aura lieu au début de 2008 dans le cadre d’une importante manifestation culturelle qu’accueillera Abu Dhabi.


 


Imen ABDERRAHMANI




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com