Au Gré des Vents





«Making off»


Le film de Nouri Bouzid «Making off», Tanit d’or des JCC 2006, ayant récolté bon nombre de prix à l’étranger sera au festival de Hammamet le 24 août. Le film selon Nouri Bouzid est une réponse à ceux qui se plaisent dans le confort de leurs préjugés sur l’Islam, qu’ils coulent dans des moules préfabriqués.


Nouri Bouzid nous livre sa propre conception du terrorisme qui prend pour alibi la religion pour semer la zizanie dans le monde.


On n’en finit pas, en effet, avec le débat autour de la religion islamique toujours et encore montrée à tort du doigt. «Je pense qu’il est urgent de remédier à ce manque et combler ce déficit en trouvant des explications», avance le réalisateur de «Making off». Et d’ajouter «Le film voulait éviter toute caricature et a montré l’intégriste sous son vrai  jour, redoutable par son calme et fort par ses convictions et ses intentions au point de faire peur. Le film lui donne la parole jusqu’à reconnaître qu’il cultive et organise la violence aveugle. C’est une manière de le dénoncer en le découvrant. Le film perce une partie du mystère du kamikaze».


Selon le réalisateur, la lutte anti-terroriste se fait à travers la culture. Elle ne doit être ni militaire, ni policière! Un film à voir ou à revoir le 24 août.


 


«Bab’ Aziz»


Toujours à Hammamet, le film d’aujourd’hui 23 août sera, «Bab’ Aziz» de Nacer Khemir. «Bab’ Aziz» ou «Le prince qui contemplait son âme», est un très beau film qu’on classerait, sans problèmes, dans la catégorie des films qui portent bien le cachet de Nacer Khemir, une œuvre qui lance un appel à l’âme pour méditer sur son existence. «Bab’ Aziz», en effet, parle d’une fillette «Ishtar» qui accompagne son grand-père, un vieux derviche aveugle à travers le Sahara pour se rendre à la grande réunion des derviches.


Dans les arcanes de cette aventure on rencontre plusieurs personnages, en cours de route, notamment les jumeaux à caractères opposés, le prince initiateur de la construction d’un palais en plein désert, etc. Plusieurs histoires s’entrecroisent autour de Bab’ Aziz qui nous prend par la main pour nous amener au monde de la chasteté et de l’âme quand elle est hissée au summum de la spiritualité.


 


Mona BEN GAMRA




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com