Critiquant le désengagement britannique : Les Etats-Unis se disent frustrés par la situation autour de Bassorah





Le Quotidien-Agences
Les Etats-Unis sont profondément frustrés par la détérioration de la situation de la sécurité autour de Bassorah, dans le sud de l'Irak, ville portuaire placée sous le contrôle de l'armée britannique, a admis hier un général américain.
"Il est frustrant que les troupes (britanniques) soient maintenues à l'aéroport pour entraîner la 10e division irakienne et ne soient pas aussi engagées que par le passé dans ce qui se déroule au centre de Bassorah et dans les environs", a déclaré à la BBC radio Four le général à la retraite Jack Keane, ancien chef d'état-major adjoint de l'armée de Terre américaine.
Les Britanniques "n'ont jamais eu suffisamment de troupes pour vraiment protéger les gens, une mission similaire à celle que les forces de la coalition mènent à Bagdad", a-t-il remarqué.
"Mais je pense qu'il y a un désengagement par rapport aux problèmes clés à Bassorah. C'est j'imagine la source de la frustration", a ajouté le général Keane, un des partisans de la stratégie américaine en Irak révisée en janvier par le président George W. Bush avec l'envoi de 30.000 militaires en renfort.
La Grande-Bretagne dispose encore de 5.500 soldats en Irak, basés à l'aéroport et au palais de Bassorah. Leur nombre devrait baisser à 5.000 d'ici à la fin de l'année. Mais le Premier ministre Gordon Brown s'est pour l'instant refusé à rappeler l'ensemble des troupes.
La presse anticipe cependant que Brown pourrait faire cette annonce en octobre, après que le chef du contingent américain en Irak, le général David Petraeus, et l'ambassadeur des Etats-Unis à Bagdad, Ryan Crocker, auront fait le point devant le Congrès sur la stratégie américaine, d'ici la mi-septembre.
Selon le général Keane, ni les Britanniques ni les Américains n'ont suffisamment de soldats en Irak pour s'y montrer efficaces. Les Américains pourraient envoyer des renforts à Bassorah, mais uniquement si la situation ne s'y améliore pas et après le retrait britannique, a-t-il précisé.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com