Nucléaire : Téhéran fait monter les enchères





Le Quotidien-Agences


L'Iran n'a pas accepté de nouvelles inspections de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) dans le cadre du calendrier de travail sur lequel les deux parties se sont entendues, a affirmé l'ambassadeur des Etats-Unis auprès de l'agence.


L'entente entre l'Iran et l'AIEA sur un calendrier pour répondre aux questions encore en suspens sur le programme nucléaire iranien contient "de réelles limitations" et n'inclut pas de nouvelles inspections des agents de l'AIEA, a indiqué l'ambassadeur Gregory Schulte à des journalistes à Vienne, siège de cette agence de l'ONU.


"Selon nous, il y a de réelles limitations dans le plan, dont le refus persistant de l'Iran de mettre en oeuvre le protocole additionnel de l'AIEA", ayant notamment trait à de nouvelles inspections des installations nucléaires sur le sol iranien, a déclaré l'ambassadeur américain.


Schulte a confirmé que les Etats-Unis allaient continuer à faire pression au Conseil de sécurité de l'ONU pour le vote d'une troisième résolution prévoyant de nouvelles sanctions contre l'Iran en cas de refus persistant de Téhéran de coopérer pleinement avec l'AIEA et de geler ses opérations d'enrichissement de l'uranium.


L'accord entre les autorités iraniennes et l'AIEA sur un calendrier a été annoncée mardi à Téhéran par le secrétaire adjoint du Conseil suprême de la sécurité nationale, Javad Vaïdi, lors d'une conférence de presse commune avec le directeur adjoint de l'AIEA, Olli Heinonen.


L'AIEA attend de l'Iran depuis plusieurs années des éclaircissements sur des traces d'uranium hautement enrichi, des expériences de traitement du plutonium et l'obtention de documents mentionnant de possibles applications militaires pour de l'uranium.


L'agence attend aussi une plus grande coopération de Téhéran dans le régime actuel des inspections des installations nucléaires iraniennes, et notamment dans le cas de l'usine d'enrichissement d'uranium de Natanz et du site du réacteur à eau lourde en construction à Arak.


"Une coopération qui permet à l'Iran de continuer à développer la capacité de fabriquer des armes nucléaires est insuffisante", a déclaré Schulte en référence à l'accord annoncé mardi. Selon lui, Washington procède encore à l'examen du contenu précis de cet accord entre Téhéran et l'AIEA.


Les détails du plan de travail agréé devraient être inclus dans le rapport que le directeur de l'AIEA, Mohamed El Baradei, présentera au Conseil des gouverneurs de l'agence à la mi-septembre à Vienne.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com