Les cafés de tous les excès !





A quelle loi les cafés et les salons de thé obéissent-ils ? C’est la question brûlante à laquelle il semble difficile de répondre. D’autant que les dépassements de ces commerces ne sont pas toujours réprimés. En effet, certains responsables affirment d’emblée que le cahier des charges qui organise la gestion de ces locaux, interdit par exemple la programmation de troupes musicales dans les zones d’habitation. Or, le café ou le salon de thé lui-même n’aurait aucun droit de cité normalement en pleine habitation surtout que la plupart des tenanciers de ces commerces ne manifestent aucun respect pour les riverains.


A la Cité Ennasr, c’est toujours la même rengaine. Il n’y a visiblement aucun moyen de retrouver son droit à des nuits calmes. Car les cafés se permettent tous les excès jusqu’aux premières heures du matin. En effet, l’un de ces espaces de loisirs exclusifs aux narguilés et aux médisances, semble avoir la liberté absolue d’en faire à sa guise. Malgré les recours insistants à plus d’une reprise aux forces de l’ordre, toutes les tentatives de faire respecter la quiétude des riverains restent vaines. Le gérant du café accule encore les habitants des immeubles limitrophes non seulement à écouter bon gré mal gré les discussions de très bas étage de ses clients qu’ils placent sous les fenêtres des riverains mais aussi à tolérer à ses employés leurs disputes sur fond de grossièretés qui surviennent à l’aube. Pis encore, il fallait aussi lui excuser son recours à une équipe municipale qui s’est déplacée jusqu’à son café à 4h du matin pour combattre les moustiques. Le chauffeur tirait tranquillement dans un narguilé pendant que son collègue faisait son travail quitte à asphyxier les habitants. Fenêtres ouvertes et pris au dépourvu, les gens ne savaient plus quoi faire à part observer ce spectacle désolant, tousser à se couper le souffle, et se rendre à l’évidence qu’il n’y avait rien à faire.


 

M. K.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com