Marché Central: Les fruits de saison adoucissent la flambée du poisson






Véritable baromètre du couffin de la ménagère, le Marché Central, situé au cœur de la capitale, a proposé, hier, à ses invétérés visiteurs une grande variété de produits, particulièrement au rayon fruits et légumes. En revanche, les produits de la mer, distillés avec parcimonie, coûtent cher dans l’ensemble .


 


Tunis - Le Quotidien


Plus que deux semaines environ nous séparent du mois Saint de Ramadan qui coïncide cette année  avec d’autres événements tout aussi importants.


On pense ici à la rentrée scolaire et plus tard à l’Aïd avec leurs lots de frais et de dépenses. Certains magasins et boutiques se sont concentrés sur les fournitures scolaires et tout ce qui est en rapport avec la rentrée des classes tandis que d’autres espaces attendent Ramadan avec ses tumultes et ses boulimies acheteuses.


Du côté du Marché Central, les préparatifs vont molo-molo pour accueillir le mois du jeûne. En avant-goût de Ramadan, les derniers jours ont vu les prix de certains produits monter d’un cran.


Le week-end dernier, la hausse a touché surtout le prix du poisson qui, d’après Mohamed Ali, poissonnier de son état, est dû à la surexploitation et à l’épuisement des ressources halieutiques du pays, au moment où la demande s’inscrit sur une courbe ascendante. Le marché obéissant à la loi de l’offre et de la demande, les prix suivent la tendance et augmentent.


Le kg de rouget atteint ainsi les 13 dinars, les chevrettes grises entre 18 et 22 dinars, alors que les chevrettes provenant de la pisciculture se situent autour de 6d800. Par ailleurs, les soles flirtent avec les 14 dinars. On a aussi enregistré avant-hier des prix qui grimpent autour des sardines, avec 3 dinars 400 millimes, soit près de trois fois le prix habituel.


En ce qui concerne les fruits et légumes, les prix sont plutôt stables. Et ce, malgré le stockage de quantités importantes pour garantir un approvisionnement régulier du marché durant Ramadan.


Sur les étalages,les bananes considérées comme fruit exotique sont banalisées à 1 dinar 500 millimes le kilo. Les fruits de saison sont proposés à des prix raisonnables comme c’est le cas pour les pastèques et les melons dont le kilo varie entre 350 et 400 millimes.


Côté légumes, les adeptes de la «salade méchouia» n’ont pas de soucis à se faire puisque le kilogramme de piments et de tomates tourne aux alentours de 400 à 600 millimes voir un peu plus.


Par contre, pas de chance pour les personnes en diète puisque les pommes sont à des petites quantités à partir de 1 dinar 275 millimes le kilo.


 


B.A.K.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com