Les jeunes et le comportement ostentatoire chez les filles : Trop, c’est trop !






Il est tout à fait légitime qu’une fille suive les tendances et s’habille aux couleurs du jour. Mais qu’elle s’exhibe d’une manière ostentatoire et provocatrice, il y a de quoi s’inquiéter. Les jeunes filles semblent tenir à leur paraître et optent pour des procédés subtils pour attirer le regard du sexe opposé. Toutefois, cette apparence a un effet boomerang…


 


Tunis-Le Quotidien


Certaines filles ont tendance à imposer des tenues féminines qui ne sont pas toujours convenables. Jusqu’à un passé récent, on ne pouvait voir piercings, tatous et nombril en l’air que sur certaines chaînes paraboliques ou sur les magazines de mode occidentaux. Mais évolution des mœurs oblige, ces tendances commencent à proliférer chez nous. L’allure féminine revêt parfois un air scabreux. Cela peut même nous mener aujourd’hui à considérer les minijupes comme les traits d’une mode plutôt convenable et conforme à l’éthique ! Normal, si de l’autre côté l’on voit des aberrations comme les pantalons de très basse taille, les pulls féminins qui ne dépassent pas les quelques centimètres et des tenues dites « top mode » laissent généreusement transparaître les dessous et les creux… Le fait que la gent féminine suive les tendances en matière de mode ne poserait aucun problème si cela ne va pas à l’encontre de notre équilibre social en tant que pays arabo-musulman. Tout être humain vit dans une société qui implique le respect de ses normes et de ses conventions collectives. Celui qui viole ces accords sociaux sera automatiquement sujet aux critiques. Ce genre d’habit ne va pas avec les normes de notre société qui, même si elle est ouverte sur d’autres cultures, reste bien ancrée et bien attachée à ses racines et à ses principes de société arabo-musulmane. Or, même si la morale et l’ensemble des éthiques condamnent cette apparence trop « suggestive », une bonne partie des jeunes filles continue de prêter flanc aux attaques. Qu’est-ce qui trotte dans leurs têtes ? Apparemment, elles poussent le bouchon loin, pour éblouir la gent masculine. Une jolie fille, raffinée et qui double la mise sur le côté « provo » attirera le regard de la jeune gent masculine, semble-t-il. Cela les encourage, vraisemblablement à ne pas prendre en considération le regard de la société qui peut être heurtée par une telle apparence ! Très nombreux sont les jeunes hommes qui mordent à l’hameçon et sont séduits par de telles tenues!


 


Mohamed Borhane, 18 ans, pense que les filles manquent de savoir-faire en matière de mode. Le jeune homme n’est pas totalement contre le fait qu’une fille porte des habits « suggestifs», mais estime que cela doit se faire dans un cadre et un endroit bien déterminés. « La beauté est un don de Dieu. Je ne suis pas contre le fait qu’une fille porte des habits qui mettent ses atouts physiques en valeurs. De plus, je trouve tout à fait naturel qu’elle ait besoin de séduire. Toutefois, est-ce qu’elle peut porter une micro-jupe lorsqu’elle fait ses courses au centre-ville ? Bien sûr que non ! Une fille qui s’exhibe en plein centre-ville s’expose volontiers au danger et met celui qui l’accompagne dans l’embarras. Nous vivons dans une société qui a ses propres normes et ses propres convictions. Il faut faire en sorte de ne pas transgresser ces règles communément admises. Donc, si elle se met à moitié nue, elle risque d’être harcelée ou du moins qu’on lui colle une étiquette de fille légère. Je peux tolérer qu’une fille ait une allure suggestive lorsqu’elle est dans une soirée, un mariage, une boîte de nuit, à la plage ou dans un hôtel, mais si elle s’habille ainsi n’importe où, cela relève du mauvais goût et d’un manque de savoir-faire et on va sûrement la regarder de travers. Si elle a besoin de séduire, elle doit choisir l’endroit qu’il faut et ne pas trop miser sur la provocation, sinon cela  risque de faire l’effet contraire », dit-il.


 


Mouadh,  24 ans, pense que les habits font partie de la liberté individuelle de chaque être humain, sauf que la liberté des uns finit là où commence celle des autres. Cela implique donc que la fille doit se conformer aux conventions sociales. «Il faut tout de même avoir un minimum de sens de discernement. Si une fille porte une tenue tape-à-l’œil, elle va mettre les instincts des hommes en éveil ! Or, paradoxalement, elle devient gênée et dit qu’on lui a manqué de respect si d’aventure elle se fait harceler! Si une fille se met dans une petite tenue séductrice à la plage, dans une boîte de nuit ou autre endroit, où toutes les autres sont habillées de la même manière, cela ne pose pas de problème. Mais si elle va à l’école, à l’université ou déambule à moitié nue pour faire ses courses, elle va capter tous les regards. Sauf que les mentalités des hommes qui la regardent diffèrent. Certains sont réservés et une tenue pareille les agresse en quelque sorte. Il y a aussi des frustrés qui peuvent légitimer non seulement le droit de regarder, mais de lui parler, voire la toucher ! Une fille doit prendre en considération toutes ces choses-là et agir en conséquence. Si elle ne tient pas compte de ce que vont penser ou faire les autres, elle doit assumer les conséquences qui en découlent. Certes, une fille a besoin de se sentir belle, séduisante et désirée mais à mon avis elle doit également tenir compte de ce que va ressentir son partenaire s’il sent tous les regards braqués sur elle qui est censée être à lui seul ! D’ailleurs, si un homme circule fièrement à côté d’une fille qui porte des habits voyants les autres risquent de le prendre pour un “cocu“ et l’indigneront pour sa froideur ! Je ne suis pas contre les habits coquins, mais il y a certaines limites à ne pas dépasser. En outre, une fille doit respecter la dignité de son partenaire et ne pas froisser son amour propre. Elle peut porter ce qu’elle veut lorsqu’ils sont à l’abri des regards des autres », dit-il.


 


Sana, 22 ans, est contre les habits provocants. La jeune fille pense que certains endroits imposent un minimum de bonne conduite. « Il est vrai qu’une fille qui s’entretient physiquement, qui se sent jolie et désirée se sent bien dans sa peau et atteint une certaine satisfaction et un équilibre psychique. Sauf qu’elle peut toujours être jolie et attirer le regard sans jouer aux ostentatrices ! Je n’ai jamais porté quelque chose en vue de provoquer, c’est plutôt pour me sentir bien dans ma peau. Mais je suis consciente également que certains habits ne doivent jamais être portés dans certains endroits! Celles qui déambulent sans gêne en tenue provocante doivent avoir un très mauvais goût et manquer de savoir-faire. Au travail, au lycée, à l’université ou encore dans la rue, on ne doit jamais transgresser les lois de la décence. Celles qui violent cette règle manquent de confiance en elles et font tout pour attirer le regard des autres. Or, même si elles réussissent, elles sont aussitôt étiquetées en tant que filles vicieuses, légères et peut-être même dangereuses. Et si la fille a un partenaire, il sera considéré comme un efféminé qu’elle mène pour le bout du nez. Autre chose, nous copions cela des Occidentales. Or, une femme occidentale ne porte du dévoilé, de la mousseline, de la soie et de la dentelle que pour les occasions. Celle qui fait le contraire est reconnue pour son mauvais goût et son côté balourd et fruste », dit-elle.


 


C’est du pareil au même pour Noura, 25 ans. « Je ne peux pas aller au travail avec mon nombril en l’air, avec un pull en bretelle décolleté ou encore avec de la dentelle ! Cela relève non seulement de la provocation mais aussi du mauvais goût. Il faut avoir un peu de décence Bon Dieu ! Sauf que hélas, c’est ce genre de filles qui ont la cote. Les hommes qui disent le contraire ne sont que des menteurs ! Ils salivent à voir des filles habillées ainsi. Et celui qui est marié à une femme ou une fiancée qui s’habille ainsi, se sent fier de lui et il ne lui manque que de dire : regardez-moi, j’ai déniché un vrai canon », dit-t-elle.


 

Abir CHEMLI


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com