U.S.M.: Les révélations de Maâtouk






Ayant été parmi les rares éléments à avoir participé à la totalité de la rencontre ASM - USM de dimanche dernier, nous avons essayé de faire la part des choses quant à la responsabilité de Hay dans cette lourde défaite ayant abouti à mettre fin aux activités de l’entraîneur allemand.


 


* Après le ST, en test amical, vous voilà, de nouveau, humiliés par les Marsois?


C’est la défaite devant les Stadistes qui a entraîné celle de la Marsa. Le samedi 18 août, c’était pour Antoine Hay une occasion de revoir tous les joueurs dont il dispose, et de mettre en œuvre de nouveaux choix tactiques en vue de les adopter, conformément aux dispositions réelles de l’effectif. On se souciait peu du résultat technique. Il s’est avéré qu’on aurait dû composer avec la même formation qui avait battu, deux semaines auparavant le CA, puis celle qui en a fait de même devant EGSG, en match d’ouverture de la compétition officielle. Nous aurions pu éviter cette grogne de notre public qui a fini par nous causer plus d’un préjudice moral ayant entraîné notre prestation peu convaincante face à la Marsa. Les fans ont raison de ne s’intéresser qu’au résultat immédiat. M. Hay avait également des droits de bâtir une équipe d’avenir avec des joueurs talentueux, mais manquant d’expérience. Pour ce qui nous concerne, nous avons des consignes à appliquer, selon les moyens de bord.


 


* Votre gardien serait-il à l’origine de cette défaite choquante?


Marouane Brik ne peut assumer que la responsabilité du premier but. Durant les 85 mn qui restaient à jouer, nous avons dû les négocier sans Mzali et Ayari, blessés, pour monter les absences à 4, avec les Khammar et Hosni.


Tous ces facteurs ont été à l’origine de notre déstabilisation psychologique ayant entraîné notre affolement et notre précipitation. Tout compte fait, les Marsois, que nous avons battus trois fois au cours de la saison écoulée, n’étaient supérieurs à nous que sur le plan moral, si l’on se réfère aux nombreuses occasions de buts manquées. Nous n’en avons point fait un drame, du fait que cela nous a servi de leçon pour le futur.


 


* Et quel sera cet avenir sans l’Allemand Hay?


Une page est tournée, avec tout son lot de préparation, de stages, de tests amicaux, d’apprentissage. Une nouvelle ère sera entamée, avec ce que cette rupture de rythme et de conception pourrait engendrer de rectificatifs. Nous ne pouvons rien avancer pour le moment, en attendant que les choses nous soient plus claires. Au fond de nous-mêmes, on aurait aimé poursuivre sur cette même pente empruntée par Antoine Hay, n’eut été ce handicap de la langue qui nous a empêché de capter le message sans recourir à une traduction quelque peu déformée.


 


M. NABLI




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com