S.T. : Seuls quelques joueurs paieront la facture !






La débâcle stadiste d’avant-hier à Radès devant El Gawafel ne pouvait passer inaperçue. Toutefois, on va encore une fois passer à côté de l’origine du mal et se satisfaire de solutions de facilité qui ne servent à rien.


Mrad Mahjoub l’a dit. Les joueurs se donnent beaucoup mieux lors des matches amicaux et au cours des entraînements. Les raisons sont alors claires. Sur le terrain, il n’y a pas assez de motivation et l’ombre des problèmes financiers est toujours présente dans les esprits. Le ST vit une crise financière et cette vérité a été vérifiée lors de la tenue de l’AG évaluative. Les dirigeants essaient toujours de minimiser les retombées de cette situation mais le mal est beaucoup plus ressenti chez les joueurs qui ne sont pas entièrement payés et qui sont préoccupés par cette crise. Certains ont même été «maltraités» quelques jours avant le derby face au CA et ont vu leur salaires réduits à des miettes à cause de quelques sanctions qui traînent depuis la saison passée. La veille d’un match important, les joueurs avaient pourtant besoin de motivation, mais c’est le contraire qui s’est produit. Depuis, ça s’est enchaîné et c’est la force mentale des joueurs qui en a pris un vilain coup. L’équipe a, depuis, manqué de rage de vaincre et de pouvoir de réaction et ce sont, là, des facteurs qui échappent à l’entraîneur car il a affaire à des joueurs qui se donnent à fond aux entraînements et qui fléchissent le jour du match. Ainsi, comme on le constate, la responsabilité est partagée. Les dirigeants ont épargné, cette fois-ci, le coach et ont décidé de frapper du côté des joueurs. La prochaine fois, c’est probablement l’entraîneur qui paiera les pots cassés, mais jamais on verra le comité directeur s’auto-accuser ou se remettre en question malgré les multiples erreurs commises.


Pour revenir à l’actualité, on croit savoir que deux ou trois joueurs vont être écartés du groupe. Hier soir, la commission de football s’est réunie et a décidé de sanctionner les... fautifs parmi lesquels on peut trouver Khalfaoui et Touniche, les deux meilleurs boucs-émissaires du moment. Quant à Mahjoub, on a réussi à le convaincre pour continuer sa mission qui ne sera que plus difficile du moment où on ne pense qu’aux calmants au lieu d’attaquer le véritable mal.


 

K.Z.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com