Une rentrée dont l’emploi est l’âme !






L’UTICA, comme si elle s’exprimait au nom de toute la Communauté nationale, vient d’annoncer fièrement qu’elle avait réussi à rallier 1000 entreprises à la cause de l’emploi des  diplômés de l’enseignement supérieur. C’est à notre sens l’un des points forts qui affirment la donne de cette rentrée 2007-2008, car il rappelle à tous que la priorité des priorités du Président Ben Ali reste l’emploi et particulièrement l’emploi de nos diplômés du supérieur. Pour le Chef de l’Etat, les choses sont claires comme de l’eau de roche et l’emploi est la voie royale qui mène au progrès de l’individu tunisien, au développement de son pouvoir d’achat et à la préservation de sa dignité.


L’UTICA sait pertinemment que l’enjeu de l’emploi des diplômés du supérieur est d’envergure nationale. De fait, chaque programme initié par le Chef de l’Etat devient automatiquement une question de défi national et de pur patriotisme, spécialement en cette rentrée qui marque deux décennies complètes après le 7 novembre 87. C’est donc dire si elle est porteuse de grands symboles et de grands bilans, sereinement certes, mais avec plus d’âme si l’on ose dire.


Il n’était donc pas étonnant que la Centrale patronale confie à l’un de ses plus vieux briscards la gestion opérationnelle de sa campagne sur le plan national. Lui-même étant un exemple vivant de l’évolution socio-économique spectaculaire de la Tunisie, cet homme de confiance et de conviction a été spectateur intelligent et acteur de premier ordre dans le flux dynamique et incessant que le Président Ben Ali diligenta au bénéfice de l’entreprise tunisienne.


Il sait donc, en tant que chef d’entreprise, tout ce que peut apporter le recrutement de nouveaux talents, ce sang neuf qui régénère les artères de l’entreprise, apportant d’abord leur fougue et leur volontarisme puis, avec l’expérience, pesant positivement sur le taux d’encadrement. Un facteur dont on ne dira jamais assez l’influence sur la bonne marche du travail, sur les diligences et sur la qualité.


En cette rentrée, les chefs d’entreprise tunisiens doivent se convaincre qu’ils font un pari pascalier (rien à perdre, tout à gagner) en se rangeant derrière le Président Ben Ali et de comprendre que leur Centrale est l’un des maillons principaux de la chaîne de développement forgée par le Chef de l’Etat dans de l’acier trempé; celui de sa vision et de ses convictions.


 


Manoubi AKROUT


manoubi.akrout@planet.tn




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com