Bouclier antimissile: Pas de signe de progrès entre Poutine et Bush






Les présidents russe Vladimir Poutine et américain George W. Bush n'ont laissé transparaître aucun signe de progrès sur le dossier qui les fâche, le projet de bouclier antimissile de Washington en Europe, lors d'une rencontre hier à Sydney à la veille du sommet de l'Apec.


 


Le Quotidien-Agences


Dans une brève conférence de presse, le chef du Kremlin a reconnu que la discussion avait, comme prévu, "surtout concerné la défense antimissile".


Vladimir Poutine a aussi confirmé que des experts des deux pays se rencontreraient bientôt et iraient voir un radar en Azerbaïdjan que Moscou propose à Washington d'utiliser.


Mais le président russe n'est pas davantage rentré dans les détails. Son homologue américain s'est lui borné à qualifier la rencontre de "cordiale et constructive".


Les Etats-Unis souhaitent installer des éléments de leur bouclier antimissile en Pologne et en République tchèque, un projet qui vise selon eux à répondre à la menace éventuelle de missiles venant de pays comme l'Iran.


Mais Moscou y voit une menace pour sa sécurité et a proposé à Washington d'y renoncer et d'utiliser, entre autres, le radar de Gabala en Azerbaïdjan. Tentative jusqu'ici vaine.


Hier, les dirigeants des deux puissances ont aussi abordé les questions du programme nucléaire iranien, du changement climatique mondial ou encore de l'adhésion de la Russie à l'Organisation mondiale du Commerce (OMC), que Moscou attend depuis des années.



Arrivé le matin même à Sydney, Vladimir Poutine avait auparavant signé avec le Premier ministre australien, John Howard, un accord de fourniture d'uranium de l'Australie à la Russie.


Le chef du Kremlin se trouve comme George W. Bush à Sydney pour le sommet des dirigeants des membres de l'Asie-Pacifique (Apec), qui doit se dérouler samedi et dimanche dans une ville transformée en forteresse par les forces de sécurité.


John Howard, hôte de l'événement, a prévu de consacrer en grande partie le sommet au commerce, avec un possible appel à une relance urgente des négociations à l'OMC dans l'impasse depuis des mois, ainsi qu'au changement climatique.


Depuis le début de la semaine, d'autres dossiers comme l'Iran, le nucléaire nord-coréen ou l'Irak, où George W. Bush a fait une visite surprise lundi, se sont largement invités au menu des réunions préparatoires et autres rencontres bilatérales des dirigeants de l'Apec, arrivés en ordre dispersé à Sydney.


Dans un discours hier matin, le président américain a également appelé la Chine à faire des Jeux olympiques de 2008 la vitrine d'une ouverture politique et d'une tolérance plus grandes, épinglant aussi d'autres régimes dans la région sur les droits de l'homme, comme la Birmanie ou la Corée du Nord.


Au sommet de l'Apec ce week-end, Bush et Poutine retrouveront notamment le président chinois Hu Jintao, arrivé à Sydney dès mercredi, et le Premier ministre japonais Shinzo Abe.


 


______________________________


 


* Washington, Pékin et Moscou enverront des experts en Corée du Nord


 


Des experts américains, chinois et russes iront du 11 au 15 septembre en Corée du Nord pour examiner comment les installations nucléaires nord-coréennes pourraient être désactivées, a annoncé hier à Sydney le négociateur américain en chef sur ce dossier, Christopher Hill.


Ils "feront une étude des installations nucléaires à désactiver dans le cadre des négociations à six destinées à dénucléariser la péninsule coréenne", a-t-il indiqué.


"Nous voulons que la désactivation intervienne d'ici au 31 décembre", a souligné hier le négociateur américain. "Donc nous devons confronter nos idées pour la désactivation avec les installations actuelles", a encore ajouté Hill.Selon lui, les experts se rendront en Corée du Nord à l'invitation du numéro un nord-coréen.


Plus tôt dans la semaine, le président américain  avait maintenu la pression sur la Corée du Nord sur le sujet, martelant qu'elle devrait progresser dans son programme de dénucléarisation pour être retirée comme elle le souhaite de la liste américaine de pays soutenant le terrorisme.


 


______________________________


 


* Bush ne sait plus très bien à quel sommet il se trouve!


 


Le président américain George W. Bush, présent au Forum de l'Asie-Pacifique (Apec) à Sydney, a remercié vendredi son hôte pour organiser "le sommet de l'Opep" (OPEC en anglais).


Bush a remercié le Premier ministre australien John Howard "pour être un hôte exquis du sommet de l'Opep", qui désigne l'Organisation des pays exportateurs de pétrole. "Sommet de l'Apec", s'est-il ensuite repris, provoquant des éclats de rire.

George Bush, qui n'en est pas à sa première gaffe, a remercié dans le même discours les "troupes autrichiennes" au lieu des "troupes australiennes", en  évoquant une visite en 2006 en Irak de Howard.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com