Les spéculations vont bon train : Un commando israélien en Syrie ?





L’affaire du survol israélien de la Syrie, il y a dix jours, continue de faire couler beaucoup d’encre et entraîne des spéculations de toutes parts. Dernière en date, le quotidien britannique Sunday Times confirme  qu’un commando israélien aurait guidé les avions de chasse en territoire syrien.


 


Le Quotidien-Agences


Le commando Shaldag serait arrivé dans le nord de la Syrie une journée avant le survol israélien dans le but d’effectuer une mission de repérage et de guider les avions de chasse, grâce à un système au laser.


Selon le quotidien britannique, l’opération aurait été conçue durant le printemps dernier et aurait fait l’objet de plusieurs séances de répétition.


En avril dernier, le directeur du Mossad, Meïr Dagan, a présenté devant la commission parlementaire de la Défense et des Affaires étrangères, un rapport démontrant que Damas cherchait à acquérir le nucléaire par le biais de la Corée du Nord.


Or, pour le Sunday Times, l’opération israélienne visait «un centre nucléaire syrien équipé par le régime de Pyongyang».


Véritable succès israélien ou échec d’une mission dont au final on ne sait rien ?Le silence des autorités israéliennes autour de cette affaire continue d’alimenter les spéculations parfois les plus fanfaronnes. Les rédactions syriennes évoquent un complot occidental contre le régime de Damas.


Mais, désormais c’est en direction de la chancellerie syrienne que les regards se tournent. Abandonné par le monde arabe, qui n’a pas tenu à commenter l’affaire, Bashar al-Assad doit réagir, il l’a promis. Quelle sera la nature de cette réaction ? Sera-t-elle militaire ou diplomatique ? Autant de questions qui demeurent sans réponses et qui ne manqueront pas de faire couler encore beaucoup d’encre.


Il est à noter que le ministère nord-coréen des Affaires étrangères a démenti mardi que le régime communiste puisse entretenir quelque lien avec la Syrie dans le domaine nucléaire.


"Les médias américains, notamment le New York Times, ont récemment répandu des allégations selon lesquelles nous (la Corée du Nord) aidons secrètement la Syrie dans son programme nucléaire. De telles informations sont sans fondement et trompeuses", a indiqué un porte parole du ministère.


Il a ainsi fermement démenti des informations publiées la semaine dernière par le New York Times et le Washington Post, selon lesquelles la Corée du Nord aiderait la Syrie à construire un site nucléaire.


«En tant que puissance nucléaire responsable, nous avons déjà déclaré en octobre 2006 que nous n'autoriserions jamais le transfert de matériel nucléaire et nous maintiendrons cette déclaration", a-t-il ajouté.


Selon le Washington Post, seuls certains responsables de l'administration américaine auraient été informés de ces informations vieilles de moins d'un mois, sur instruction du conseiller à la sécurité nationale de la Maison-Blanche, Stephen Hadley.


Mais l'administration serait divisée sur ce sujet, certains responsables doutant que la Corée du Nord et la Syrie, qui ont coopéré par le passé dans le domaine de la technologie balistique, aient la capacité de s'associer dans le domaine nucléaire.


________________________________


 


Olmert prêt à des "négociations sans condition préalable" avec Damas


 


Le Premier ministre israélien Ehud Olmert a déclaré qu'il était prêt à des négociations sans condition préalable avec la Syrie malgré la tension actuelle entre les deux pays, a indiqué une porte-parole.


"Le Premier ministre a réaffirmé qu'Israel est prêt à entamer des négociations sans condition préalable lors d'une rencontre lundi avec des journalistes russophones", a déclaré  Miri Eisin, porte-parole de Olmert.


Selon elle, le Premier ministre a déjà proposé à plusieurs reprises ces dernier mois l'ouverture de discussion avec Damas. M. Olmert s'est en revanche refusé à évoquer les accusations de Damas concernant la violation par la chasse israélienne de l'espace aérien syrien le 6 septembre.


«Le Premier ministre n'a pas parlé de ce sujet", s'est bornée à indiquer la porte-parole.


Selon la radio publique, le Premier ministre a affirmé durant sa rencontre avec les journalistes que "la Syrie doit faire face à ses problèmes internes  ce qui ne doit pas exclure  un dialogue avec elle".


"Pour ce qui concerne les questions de sécurité, je préfère moins parler et agir davantage", a ajouté Olmert, selon la radio.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com