Après les propos de Kouchner : Paris temporise, Téhéran déplore l’amateurisme français





Le gouvernement iranien a déploré hier "l'amateurisme" du chef de la diplomatie française alors qu’à Paris on tentait hier de temporiser rappelant que la France n'a aucun "plan militaire" contre l'Iran en préparation.


 


Le Quotidien-Agences


Le porte-parole du gouvernement iranien Gholam Hossein Elham a mis hier sur le compte de "l'amateurisme" les propos du chef de la diplomatie française Bernard Kouchner qui avait évoqué le risque d'une guerre avec l'Iran à cause de son programme nucléaire.



"Cette affaire n'est pas très importante car elle découle d'un amateurisme politique", a dit Elham dans un point de presse hier, en ajoutant que "tant que les hommes politiques ne deviennent pas des professionnels, ils vont se livrer à ce genre de commentaires".


Le ministre français a provoqué de vives réactions en avertissant dimanche du risque d'une guerre avec l'Iran si la diplomatie échouait à convaincre ce dernier de suspendre son programme nucléaire controversé.


Elham a repris l'argument du ministère iranien des Affaires étrangères selon lequel Kouchner étaient influencé par les positions américaines.


"Nous recommandons aux Français de présenter leurs propres vues et de ne pas répéter celles des autres", a dit Elham, tout en suggérant à la France de "ne pas suivre les politiques perdantes des autres".


La France est en pointe avec les Etats-Unis pour durcir les sanctions déjà adoptées par le Conseil de sécurité contre l'Iran. Washington n'a pour sa part jamais exclu une option militaire en dernier recours.


Elham a dit à ce sujet que "les résolutions (de l'ONU) n'ont pas d'influence" sur l'Iran, et a estimé que la possibilité de nouvelles sanctions était "faible".


Quant à une attaque, il a jugé que "les conditions actuelles ne sont pas celles d'une guerre", tout en estimant "peu probable que quiconque se tourne vers une option aussi folle".


 


Aucun plan militaire


Kouchner est depuis revenu sur ses propos en se défendant d'avoir défendu une option militaire pour contraindre l'Iran à faire marche arrière sur son programme nucléaire.


Hier encore, le ministre français de la Défense Hervé Morin a déclaré hier que la France ne préparait aucun plan militaire à l'encontre de l'Iran, estimant que spéculer en ce sens relevait du "fantasme".


"Personne ne peut penser un seul instant que nous sommes en train d'imaginer et de préparer des plans militaires concernant l'Iran", a-t-il ajouté.


Le ministre de la Défense a parlé de "fantasme", assurant qu'il n'était "absolument pas question de tout ça" et que ce n'était "pas du tout le sujet".


"Il faut faire en sorte d'avoir une armée qui soit bien équipée, bien formée, opérationnelle, capable d'avoir des forces de projection, d'assurer la sécurité et la souveraineté du pays, de là à préparer des plan militaires, cela n'a pas de sens", a-t-il poursuivi.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com