Le marché du carbone : Cette nouvelle marchandise immatérielle





Tunis - Le Quotidien


L’économie du virtuel et de l’immatériel devient une réalité concrète. La visite de travail effectuée récemment par le groupe EcoSecurities, un organisme spécialisé dans la gestion de l’environnement et de la réduction de gaz à effet de serre a été concluante puisqu’elle a posé les jalons d’un marché potentiel en matière de carbone. Le leader  du groupe, en l’occurrence M. Marc Stuart a en effet exprimé lors de son séjour dans notre pays toute sa satisfaction de voir la Tunisie adhérer de plain-pied dans le programme de la protection de l’environnement d’une manière générale et dans celui de la lutte contre les gaz à effet de serre de manière particulière. Il a estimé que les rencontres avec des responsables tunisiens relatifs à la question, dont le secrétaire d’Etat à la recherche scientifique, ont été fructueuses et ont permis de clarifier les pas à accomplir durant les prochaines étapes. Il a rappelé à ce propos qu’il appartient à tous les pays de tirer profit des potentialités offertes par le marché du carbone et ce avant la fin de la première échéance située aux alentours de l’année 2012.


M. Abdelhamid Maghrebi, expert dans le domaine de l’environnement, affirme pour sa part que l’économie de l’immatériel devient une réalité concrète et offre aux pays des potentialités énormes et l’occasion à la fois de réduire les émissions de gaz à effet de serre et de commercialiser un produit nouveau, à savoir le droit d’émission de ces gaz.


Ces droits,  dit-il, sont gérés par une ligne de crédit ouverte par les Nations unies et sont validés pour la circonstance par des validateurs appropriés.


Le marché tunisien est certes limité mais il offre le bon exemple avec ses structures bien définies notamment pour les pays africains qui avancent timidement dans ce domaine.


 


Lotfi Touati




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com