Al Hilal-E.S.S : Y croire fermement





* Ligue des champions (1/2 finale-Aller)-Stade de Om Dormane (21h00)-Direct TV ART Sport


 


L’Etoile engage ce soir la demi-finale aller de la Ligue des champions avec une sérénité sans faille et un grand désir de se surpasser. Malgré la valeur de l’opposition.


 


On ne sait pas si le fait de jouer la demi-finale aller à l’extérieur est en soi un avantage ou non. Ce qui demeure du reste certain est qu’en football tout peut arriver même en dehors d’un match, tel que ce qui est survenu à l’Etoile à quelques jours de l’important match à livrer ce soir à Al Hilal chez lui. Une cascade de blessures et non des moindres. Deux atouts défensifs souvent décisifs à l’instar de Ben Frej, meilleur buteur du championnat (5 buts en 4 rencontres) et de Mériah le latéral gauche très souvent utile lors des montées offensives. Puis, ce capitaine de l’équipe que le brassard ne lui porta pas chance. Mejdi B. Mohamed, un pilier de l’axe central de la défense imbattable dans les duels aériens et très performant dans l’anticipation. Autant d’absences, auxquelles on peut ajouter celles de Khaled Melliti et de Mejdi Traoui sans oublier également la nouvelle recrue ghanéenne Sadate Bukari, ne risquent-elles pas d’affecter le rendement général de l’équipe étoilée à un moment fort crucial de cette Ligue africaine des champions tant convoitée par les Sahéliens?


Cela étant, l’on est en droit de relativiser toutes ces contraintes lorsqu’on se réfère à la qualité de l’effectif de l’Etoile et à l’impatience de ceux qui n’ont que très peu joué pour saisir pleinement une chance qui ne se présente pas tous les jours. Nous pensons surtout à Bassem Chouchène, ce jeune latéral droit, prompt sur l’homme et bon dans la relance mais qui  manque terriblement d’expérience, surtout lorsqu’il s’agit de disputer un tel match de la Champion's League. La responsabilité s’alourdit dès que l’idée de remplacer Saber Ben Frej lui passe par la tête. Là, intervient le rôle des encadreurs pour doter l’Etoile d’une bonne dose de confiance et d’assurance. Idem pour Hatem Béjaoui, un jeune gaucher volontaire et capable de réaliser de bonnes choses dans son couloir gauche qui doit relever Mehdi Mériah. Reste l’épineux problème posé par la blessure de Mejdi Ben Mohamed. Est-il réellement irremplaçable? Oh que non, puisque Radhouane Felhi s'en sort bien grâce à un abattage efficace et une volonté à toute épreuve. Il faudra cependant apprécier à leurs justes valeurs les duels auxquels il aura à prendre part avec des Soudanais longilignes et de surcroît athlétiques. Mais il n’aura pas à se dépêtrer des pièges soudanais tout seul. Felhi aura le soutien et la solidarité de Seïf Ghezal qui en bon capitaine aura à diriger ses pairs le match durant et à les inciter à davantage d’efforts pour que l’objectif soit atteint.


 


Marquer à Om Dormane


Justement de quel objectif s’agit-il? A croire les Etoilés, l’Etoile est à Khartoum pour réaliser un bon résultat. Marquer chez l’adversaire est une bonne chose, le battre est encore mieux. Sans faire la fine bouche et conscient des difficultés que rencontrerait son équipe, le coach français Bertrand Marchand espère voir ses hommes «agressifs tout en restant sereins le match durant quel que soit le score avant le coup de sifflet final». C’est que l’entraîneur étoilé exige de son équipe de rivaliser comme il se doit dans les duels avec les vifs et solides Soudanais sans rechigner dans l’effort. Et c’est peut-être là la clé du match d’autant qu’on sait que les duels ont souvent fait la différence dans un match de foot.


Sur ce plan, les Etoilés n’ont rien à envier aux Hilaliens si l’on se réfère à la composition de l’entrejeu où Moussa Narry sait faire de très bonnes choses car très accrocheur et bon relanceur au même titre que Mohamed Ali Nafkha qui, en plus, se permet d’aller devant pour décocher des tirs de loin.


La paire Narry-Nafkha est également soutenue à la perte du ballon par les deux autres éléments du milieu Ogunbiyi et Bassem Ben Nasr, à moins que Afouane Gharbi, lui, soit préféré. En outre, on comptera également sur la fougue et les jaillissements de Mohamed Amine Chermiti pour fixer l’axe de la défense soudanaise et pourquoi pas profiter de la moindre distraction pour solliciter le gardien. Gelson aura également un rôle à jouer. Animer le jeu offensif de l’équipe et se montrer utile et surtout efficace au front de l’attaque, c’est ce que demande Marchand au Cap-Verdien dont la cote pourrait croître lors de cette Ligue des champions qui touche à sa fin.


 


Mounir EL GAÏED


 


Formation probable :


Mathlouthi, Chouchène, Béjaoui, Felhi, Ghezal, Nafkha, Narry, Ogunbiyi, Gharbi, Gelson, Chermiti.


 


__________________


 


Flash… Balles


 


Contrariétés au Soudan


On ne sait pas par quel hasard la délégation de l’Etoile a égaré une partie de ses bagages dont notamment la malle contenant les tenues d’échauffement et les ballons. Et à l’aéroport de Monastir ou à Khartoum? Dans l’un ou l’autre cas, il s’agit sûrement d’une négligence.


 


Encore un problème d’hôtel !


La délégation de l’Etoile a dû refuser l’hôtel proposé par Al Hilal pour manque de commodités. Elle s’est installée à son propre compte dans un autre hôtel autrement plus confortable. C’est qu’en fait, la mission de Jalel Krifa à Khartoum, une dizaine de jours auparavant, n’a servi à rien sauf que pour assister au match de l’EN.


 


M.E.G.


__________________


 


Rétro


Que cela finisse !


 


Il faut que cela finisse un jour ou l’autre avec les clubs soudanais qui passent par être désormais de véritables bourreaux pour nos représentants... chaque fois qu’il s’agit d’un match à Khartoum. Nous misons cette fois-ci sur l’ESS — déjà piégée une fois par ce même Al Hilal (1-2) en 2002 — pour qu’elle chasse ce signe indien et mette fin à la série noire des nôtres dans leurs déplacements au Soudan.


Aucun club et aucune équipe nationale n’avaient réussi dans le passé à s’imposer à Khartoum. Le meilleur résultat ramené de là-bas reste un petit nul considéré comme un exploit décroché par l’EST en 1999 contre cet éternel Al Hilal (3-3) puis le reste des confrontations, rien que des échecs.


 


A.D.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com