Agriculture : L’eau dans tous ses états…





L’eau et les problèmes liés à son exploitation dans le domaine agricole constituent le sujet d’actualité qui sera traité au cours d’un séminaire international qui aura lieu en Tunisie en novembre prochain. «L’exploitation des ressources en eau pour une agriculture durable» est le thème de cette manifestation scientifique …


 


Tunis-Le Quotidien


Dans le monde, l’Afrique du Nord  tend à devenir une région où les ressources en eau se font de plus en plus rares. La situation risque de devenir suffisamment critique pour déclencher des conflits autour de l’eau, à l’instar du pétrole au Proche-Orient. 


La Tunisie, de par sa situation géographique caractérisée par la prédominance d’un climat aride et semi-aride, compte aujourd’hui parmi les pays qui sont confrontés au problème de l’eau.


Les ressources en eau renouvelables par habitant et par an ne dépassant pas les 450 m3 imposent une meilleure exploitation de cette matière précieuse. Car si la tendance ne change pas, on craint qu’au-delà de 2030, les besoins croissants en eau à long terme ne puissent plus être satisfaits. Les spécialistes misent beaucoup sur le développement d’une prise de conscience générale urgente des consommateurs et des planificateurs du secteur de l’eau.


L’Institut National de recherche en Génie Rural, Eaux et Forêts (INRGREF) envisage organiser dans ce contexte, un séminaire international. Cette manifestation scientifique, qui doit s’étaler sur deux jours, s’inscrit en effet dans la politique du pays visant à mettre en place des processus de planification et de gestion des ressources en eaux pour l’horizon 2050.


Les préoccupations mondiales environnementales récentes liées au réchauffement climatique vont être discutées durant ce séminaire en relation avec les ressources en eau et leur durabilité.


Ce séminaire qui s’inscrit par ailleurs dans le cadre des manifestations scientifiques annuelles de l’INRGREF, «se propose de créer un lieu d’échange et de débat sur les modes d’amélioration de la gestion de l’eau et de l’optimisation et la valorisation des ressources en eau non conventionnelles pour l’usage agricole», précisent les organisateurs. Il doit réunir des chercheurs et des spécialistes nationaux et internationaux et ce les  20 et le 21 novembre prochain à Nabeul.


Placé sous le thème «exploitation des ressources en eau pour une agriculture durable», ce séminaire sera, entre autres, une occasion pour valoriser les résultats et les expériences de la recherche concernant les travaux récents en matière d’usage de l’eau en agriculture. On  estime en fait que l’utilisation de l’eau dans le secteur agricole qui a des conséquences importantes pour l’environnement, représente désormais plus de 80% des ressources mobilisées. La durabilité de cette agriculture irriguée dépendra des outils à mettre en œuvre pour une gestion rationnelle des ressources en eau. Cet usage, souvent non rationalisé, a toutefois permis d’étendre l’activité agricole à des milieux naturels semi-arides voire arides. Il a également contribué à une plus grande stabilité des revenus agricoles. Mais partant de la nécessité de la durabilité des ressources, l’usage et la maîtrise intégrée de l’eau en irrigation reste un défi stratégique.


On estime aussi que « devant les limites physiques et les faibles rentabilités financières pour la mobilisation des ressources restantes et la pression croissante exercée, la gestion de la demande en eau ainsi que la valorisation et la recherche d’autres ressources alternatives non conventionnelles s’avèrent indispensables ».


 


Des objectifs…


Les objectifs assignés à ce séminaire sont multiples. Il s’agit de promouvoir la gestion de la demande en eau, étudier et analyser les approches de gestion des pollutions diffuses d’origine liée à l’exploitation des ressources en eau en agriculture. On y exposera également les différentes pratiques agricoles utilisant les ressources en eau dans un contexte général de changement climatique.


Les participants parmi les experts et spécialistes nationaux et internationaux auront par ailleurs l’occasion d’échanger des informations et de s’ouvrir sur les expériences d’autres pays de la région en matière  de gestion de la demande en eau.


L’attention se portera aussi sur les préoccupations environnementales liées à l’utilisation agricole des eaux conventionnelles et non conventionnelles et aux constats de l’impact des pratiques agricoles sur leurs qualités. Et les experts de proposer des alternatives d’orientation à même de développer une agriculture propre tout en préservant les ressources en eau,  de mettre à la disposition du secteur de l’eau des outils de réflexions pour mieux utiliser et valoriser les ressources hydriques en agriculture et d’aider à la création de mécanismes régionaux pour l’échange de connaissances et de pratiques optimales dans le domaine de la gestion de la demande  en eau.


 


H.G




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com