Soyons sincères !





Un communiqué laconique, voilà ce qui est ressorti de la dernière réunion périodique du Bureau exécutif de l’UTICA alors que tout le monde s’attendait à des étincelles sur la campagne que la Centrale patronale mène depuis des mois pour le recrutement des diplômés de l’enseignement supérieur! En vérité, on est un peu inquiets et on se demande si les capacités de recrutement sont arrivées à une sorte de saturation.


Car, aussi, laconique soit-il, le communiqué laisse quand même passer quelques «fuites» très évocatrices. Par exemple:


«... les membres du BE ont insisté sur l’importance de stimuler davantage l’investissement et la création d’entreprises qui offriront de nouveaux postes d’emploi...»


Cela veut-il dire qu’au niveau actuel d’investissement et au rythme actuel de la création d’entreprise, on ne peut pas aller bien loin dans cette campagne ?


Et aussi: «... ils ont mis l’accent sur le volet de la formation professionnelle et celui de la formation continue».


Cela implique-t-il que les chefs d’entreprise qui ont recruté au cours de cette campagne ont été déçus par les nouvelles recrues et pensent que leur niveau de formation ne convient pas au monde de l’entreprise?


Des questions qui restent sans réponse et qui présagent que la «discrétion» des patrons s’étend à d’autres domaines. Que sollicitent-ils vraiment pour être en mesure de faire des recrutements réussis? Sont-ils satisfaits de leurs relations avec l’administration? Quelles sont les mesures urgentes pour améliorer l’environnement des affaires et le rendre plus compétitif? Sont-ils tentés par les «chinoiseries»?...


 


Manoubi AKROUT


manoubi.akrout@planet.tn




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com