«França», l’autre fou de Tunis





C’est le huitième jour de Ramadan. Dans quelques minutes le Mouâdhen annoncera la rupture du jeûne. «França» est déjà allongé sur son banc, au beau milieu du jardin «Thameur» au Passage.


Cela fait cinq ans qu’il est là à répéter  les mêmes gestes et à raconter la même histoire..!


 


Tunis - Le Quotidien


A voir son attachement, sa curiosité et son dévouement pour la France, l’on pense qu’il y est né. Or, de la France, il ne connaît que le nom. D’où est venu alors cet amour pour l’Hexagone? Telle est la question qui se pose.


A vrai dire, «França»  est son surnom. C’est un contrôleur de la Transtu, jadis SNT, qui lui a attribué ce surnom. Son vrai nom est tout simplement Mohamed Salah. Il a débarqué ici, au Passage, cette grande place de la capitale, il y a de cela cinq ans. A cette époque, on l’avait pris pour un énième «fou» qui a fui sa ville natale pour venir errer dans les rues de la capitale.


Le fait que le «Passage» soit doté d’un jardin public lui a apparemment facilité la tâche. Car, depuis, il n’a jamais quitté cet endroit. Mieux, il a transformé l’un des bancs du jardin en une véritable chambre à coucher.


Ses affaires sont bien tassées en dessous alors que ses habits et une vieille couverture  «ornent» le dessus... Et gare à celui qui ose s’approcher de ce territoire.


Rapidement, on s’est habitué à lui et particulièrement le personnel de la Transtu qui travaille dans la station des bus située juste en face du jardin public.


Les chauffeurs de bus et les contrôleurs étaient les plus proches de lui. Entre deux dessertes, on rigolait en écoutant son interminable histoire dont la seule héroïne est une femme qui s’appelle «Fadhila». Celle-ci vit en France et Mohamed Salah voulait la rejoindre. C’est pour cela qu’il est sans cesse dans une véritable hystérie répétant machinalement «França... França» à telle enseigne qu’on a oublié, peu à peu, son nom et on s’était mis à le surnommer «França». Mais qui est Fadhila?


Mohamed Salah est originaire d’un village du Centre-Ouest du pays. Il est issu d’une famille modeste. N’empêche qu’à vingt cinq ans, il s’est marié. Sa femme est une cousine qui lui était «dédiée» depuis l’enfance.


Fadhila, alors adolescente, commençait déjà à faire parler d’elle. C’est une beauté comme le village n’en a jamais connu. La jeune fille était bien consciente de ses atouts. Elle savait qu’elle valait beaucoup mieux que Mohamed Salah comme époux. Seulement, tradition oblige, elle devait accepter son sort.


Il faut dire que, même mariée, Fadhila continuait à tourner les têtes. Les avances se multipliaient. On essayait de la corrompre avec de l’argent, mais la jeune épouse était bien déterminée à défendre son honneur et celui de son mari.


Pourtant, dans son modeste foyer, ce n’était pas la belle vie. On manquait presque de tout. Même la télé est en noir et blanc.


Mohamed Salah passait des jours et des jours à réfléchir. Il voulait améliorer ces conditions de vie pénibles et offrir à sa femme un cadre plus agréable.


C’est ainsi qu’il commença à penser à l’émigration. Le jeune mari avait un cousin établi en France. Il est beaucoup plus âgé que lui. D’ailleurs, depuis dix ans, il n’a pas remis les pieds au bercail et n’a même pas assisté au mariage de Mohamed Salah.


Le hasard allait faire en sorte qu’au moment où Mohamed Salah pensait à lui, ce cousin décida de rentrer au bled. Sa voiture immatriculée à l’étranger a annoncé aux villageois son arrivée.


Pour le jeune époux, c’était l’espoir qui renaissait. Il était sûr que son cousin l’emmènerait avec lui en France et lui ouvrirait ainsi les portes du paradis.


Alors, Mohamed Salah tint bon pour que son cousin soit son hôte tout au long de son séjour au bled. Quoique réticent au départ, le cousin finit par accepter l’invitation du jeune mari.


A vrai dire, c’est la beauté de «Fadhila» qui attira le cousin. Il ne pensait guère que la petite gamine est devenue une femme gracieuse, belle et attirante.


Ce fut le coup de foudre... A cinquante ans, le cousin n’avait jamais rencontré une si belle créature. Alors, lorsque Mohamed Salah lui a demandé de l’aider à émigrer, le cousin avait compris que le couple était dans la tourmente.


Du coup, le cousin s’est mis à rôder autour de «Fadhila» l’inondant de cadeaux, n’hésitant pas à critiquer la passivité de son mari et son incapacité à entretenir une aussi jolie femme.


La tentation devint de plus en plus grande. Le cousin en profita pour suggérer à la jeune épouse de quitter son mari et venir vivre avec lui en France.


En un laps de temps très court  et on ne sait par quel moyen le cousin a réussi à faire divorcer «Fadhila» de son mari et de lui obtenir un visa.


Mohamed Salah  s’est réveillé un jour pour découvrir que son cousin et sa propre femme n’étaient plus là.


Les rumeurs avaient ensuite envahi le village. Mais Mohamed Salah était sûr que son cousin a usé de sa fortune pour corrompre plusieurs fonctionnaires qui l’ont aidé dans sa démarche diabolique.


Le choc était tel que le malheureux Mohamed Salah a perdu ses capacités mentales devenant un fou parmi les fous de Tunis.


 


H. MISSAOUI




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com