Coupes d’Afrique des clubs





* E.S.S. : Regrets... remédiables


 


* C.S.S. : Destin bien en mains


 


Rien qu’à s’en tenir au résultat, ce (1-2) réussi par l’ESS dans l’antre d’Om Dormane, relèverait du haut fait. La frustration n’en est pourtant pas pour autant moins poignante. Le CSS, pour sa part, voit se profiler à l’horizon, le tour suprême de la Coupe de la CAF.


 


C’est comme si deux Etoiles, aux antipodes l’une de l’autre, avaient évolué sur terre soudanaise. En première période, les Sahéliens administrèrent aux redoutables Hilaliens, une authentique leçon de football. Jugeons-en : une défense hermétique, première sur toutes les balles, un milieu extrêmement travailleur et impressionnant au niveau de la récupération et du redéploiement offensif, grâce à une progression territoriale du ballon, cristallisée soit par des passes courtes et rapides, soit par des transversales en profondeur dans l’axe. A la clé, 1 but marqué, un autre injustement refusé pour hors-jeu inexistant, un penalty monstrueusement flagrant non sifflé et... malencontreusement quelques opportunités incroyablement dilapidées (n’est-ce pas Gilson ?). Les Soudanais, tout au long de ces 45’ initiales, ne virent que du feu et, pour la première fois depuis fort longtemps, furent envahis par le doute sur leur pelouse fétiche. Changement de décor radical en seconde période, au cours de laquelle les Etoilés subirent une domination écrasante des Godwin et autres Shiladze. Est-ce dû à la fatigue ? Ou au fait qu’Al Hilal ait recouvert son véritable niveau ? De quoi éprouver un flot d’impressions et de sentiments contradictoires qui nourrissent des regrets, somme toute, remédiables. Ainsi, l’ESS garde-t-elle ses chances de qualification à la finale de la Champion’s League, totalement intactes.


En Coupe de la CAF, le CSS a moissonné le plus beau des succès, celui-là même qui s’apparenterait au précieux sésame de nature à le propulser au tour suprême de cette épreuve. Face pourtant à un antagoniste camerounais très redoutable, les Sfaxiens, grâce à des repères sûrs et des automatismes arrivés à maturation, ont remporté une belle victoire. Il leur reste maintenant à assurer lors de l’ultime journée, face à Sundowns, en Afrique du Sud. La victoire est impérative afin d’éviter toute mauvaise surprise. L’entreprise est tout à fait dans leurs cordes, d’autant plus que leur adversaire sud-africain sera complètement démobilisé, après avoir été bouté par les Congolais du T.P. Mazembe. Celui-ci, à son tour, rencontrera en épilogue de cette phase de poule, un adversaire éliminé, Astres Douala. Raison pour laquelle, le CSS, qui possède une longueur d’avance sur T.P. Mazembe, ayant ainsi son destin entre les mains, n’a d’autre alternative que la victoire.


 


Wahid SMAOUI




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com