S.T. : Pour une véritable restructuration administrative et financière





La critique est facile, mais l’art est difficile, dit-on... sagacement ou doctement. Qu’il s’agisse, du reste, de la porteuse ou de l’oiseuse. Maintenant que le ST a l’échine ployée, légion sont ceux qui se sont découvert une âme de donneurs de leçons.


 


C’est un véritable truisme que d’affirmer que le ST est mal en point. Mais le cribler ainsi de tous les qualificatifs dépréciatifs, notamment de la part de ses enfants, relève de l’indécence. Il ne doit échapper  à personne que le football ne s'assimile nullement à une science exacte.


Comment se permet-on alors de suggérer des remèdes prétendument rationnels et pragmatiques à un mal conditionné, dans une large mesure, par des aléas de tout acabit ? Contre EGSG à titre indicatif, les joueurs stadistes ont été souverains et conquérants pendant une bonne trentaine de minutes, manquant au passage d’être les premiers à scorer. Nous aurions alors assisté à un tout autre cours des choses. Idem à La Marsa, où l’équipe a marqué à deux reprises, tout en affichant une nette supériorité sur un  adversaire réputé intraitable dans ses murs, mais finissant par concéder, une parité frustrante. Contre l’EST aussi, l’équipe a tenté à chaque fois de réagir, mais le doute était tellement tenace que les joueurs finirent par être ankylosés.


Sur le terrain donc, il ne s’agit que d’une simple crise de résultats. Il est indéniable, par ailleurs, que cette dernière a un rapport direct avec la manière de gérer le club, au double plan, administratif et financier. Et c’est à ce niveau que ça doit se décarcasser. A ce propos, nous ne pouvons voir que du mauvais œil la démission en bloc des membres de la commission football, à ce moment bien précis, sûrement le plus crucial, le plus grave de l’histoire du club. S’ils prétextent le cavalier seul de Mohamed Achab, pourquoi ne l’avoir pas dénoncé auparavant et ratifié leur départ , alors qu’il n’y avait pas encore le feu?


Quelque part, c’est une forme de trahison,  car ils auraient pu stigmatiser les méthodes de travail du président stadiste et crier haro sur les lacunes qui minent la marche du club, ouvertement, tout en continuant à travailler. Sans se perdre en conjectures, tous les Stadistes purs et durs doivent comprendre que le seul remède à même de faire sortir le ST de l’ornière dans laquelle il patauge, est l’union sacrée de tous ses enfants, quels que soient leurs profils. Puis, dans un second temps, cristalliser les réformes structurelles qui s’imposent afin de parvenir à cette mise à niveau administrative et financière propre aux grands clubs. Le ST l’est  irrécusablement par le nom et l’histoire. Il lui reste à l’être par l’envergure pécuniaire et argentée. Avec Mohamed Acheb et une équipe dirigeante hautement qualifiée autour de lui ou ... sans lui. Dans ce dernier cas, le ST saura survivre. Et même beaucoup mieux.


 

Wahid SMAOUI


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com