Transversale






Comme c’est beau le huis clos!


 


A Bizerte, l’illogique et le paradoxal ne tuent pas: il a fallu, en effet, décréter le huis clos pour voir l’équipe briller de mille feux.


Sur les gradins, le vide a fait du bien aux joueurs épargnés de la pression des supporters. Ces derniers, occupés par autre chose que le football, n’ont pas jeté des pierres, brisé des vitres ou brûlé des voitures. Sur le banc des remplaçants, c’était le calme plat puisque Ferid Ben Belgacem était à quelques centaines de mètres, accroché à un balcon et à son portable. Riadh Bouazizi, actuellement plus apte à communiquer qu’à jouer, a été très utile et il n’a pas manqué de faire passer toutes les consignes aux joueurs.


Les Bizertins ne pouvaient mieux espérer. Et si ça va continuer ainsi, ils pensent déjà à contacter la FTF pour prolonger le huis clos jusqu’à la fin de la saison. A moins que les futurs adversaires du CAB n’exigent la présence du public pour espérer battre les Cabistes à Bizerte !


 


K.Z.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com