Société : Les filles de plus en plus touchées par le célibat





Tunis - Le Quotidien


Plus instruites, plus indépendantes, les Tunisiennes ont désormais d’autres priorités que de convoler en justes noces. C’est ce qui ressort d’une récente étude réalisée par l’Office National de la Famille et de la Population (ONFP).


Cette étude montre une nette évolution du taux de célibat chez les filles âgées entre 20 et 24 ans, période idéale de la procréation selon les spécialistes.


Dans la tranche d’âge 20-24 ans, le taux de célibat est passé de 85,3% en 2001 à 88,4% en 2006. Ce taux a atteint 65%  en 2006 contre 53% en 2001 dans la tranche d’âge 25-29 ans.


En ce qui concerne les filles âgées entre 30 et 34 ans, le taux de célibat est passé de 17,7% à 37,5% en l’espace de six ans.


Dans la tranche d’âge 35-39 ans, le taux a grimpé d’environ 6 points pour atteindre 20%.


Ces chiffres montrent que le célibat touchant les filles est devenu un véritable phénomène de société en Tunisie.


Bénéficiant de l’ensemble des lois libérales édictées par le Code du statut personnel (CSP) dont l’interdiction de la polygamie et de la répudiation et le droit au travail, les Tunisiennes participent de plus en plus à la vie publique.


Les femmes représentent en effet 52% des effectifs de l’université et le quart de la population active.


Mais par delà les mutations socioculturelles ayant entraîné une nette amélioration de la condition de la femme en Tunisie, l’étude explique la montée du célibat chez les filles par le coût élevé du mariage. Les cérémonies du mariage coûtent souvent une petite fortune.


L’étude tire par ailleurs la sonnette d’alarme sur la baisse de la fécondité générée par le recul de l’âge du mariage et l’augmentation des maladies sexuellement transmissibles dues aux relations hors du cadre légal du mariage.


 


W.K.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com