En plus des violences qui secouent l’Irak : Le choléra fait des ravages dans le Nord





Selon des chiffres officiels plus de cent personnes sont victimes du choléra chaque jour dans le nord de l'Irak. Un nouveau fléau qui touche le pays secoué par des violences endémiques.


 


Le Quotidien-Agences


Le nombre des patients atteints du choléra admis dans les hôpitaux de Kirkouk, dans le nord de l'Irak, a atteint le chiffre de 100 par jour, a hier le vice-ministre de la Santé irakien Amir al-Khouzaï.


"Il y a maintenant cent personnes qui tombent malades et viennent dans les deux hôpitaux de Kirkouk", a indiqué le vice-ministre dans un entretien par téléphone.


La situation à Kirkouk est particulièrement alarmante avec le nombre de cas de choléra passé de 1671, le 25 septembre, à 2069 pour les dernières statistiques datant de dimanche, a ajouté le Dr Khouzaï.


Selon les chiffres officiels du ministère de la Santé, douze personnes sont mortes du choléra en Irak depuis l'apparition de la maladie à la fin du mois d'août. Et à travers tout le pays, 2.839 sont atteints de la maladie.


Un relevé partiel d'hôpitaux à Bagdad et dans d'autres villes d'Irak effectué hier a révélé toutefois qu'au moins seize personnes étaient mortes du choléra durant la même période.


Plus de 2 100 personnes sont atteintes du choléra en Irak et cette maladie est en train de s'étendre dans le pays, a fait savoir pour sa part l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Depuis vendredi dernier, 1 500 nouveaux cas ont été recensés. Au total, plus de 30 000 personnes sont tombées malades depuis un mois, atteintes de fortes diarrhées, principalement dans le nord du pays.


 


Deux GI’s tués


Ce nouveau fléau qui touche l’Irak vient s’ajouter aux violences qui secouent le pays.


Deux soldats américains ont été tués et un autre a été blessé dans deux attaques séparées dans  l'est de Bagdad, a annoncé hier l'armée américaine. 


Un soldat américain a été tué et un autre blessé samedi lorsque des insurgés ont mené un attentat contre leur unité dans l'est de  Bagdad, a indiqué l'armée américaine dans un communiqué. 


Par ailleurs, un autre soldat américain a été tué dimanche dans une opération contre les insurgés lancée également dans l'est de  la capitale irakienne, a fait savoir l'armée américaine dans un  autre communiqué. 


Ces nouveaux décès portent à quelque 3.805 le nombre de soldats américains tués en Irak depuis 2003, selon un décompte des médias  établi sur les chiffres du Pentagone.


Ceci étant, le nombre de civils tués en septembre en Irak a baissé de moitié par rapport au mois précédent, passant à 840 morts, selon des chiffres compilés par trois ministères irakiens.Cette baisse coïncide avec une baisse des pertes militaires américaines en Irak en septembre, qui ont été également les moins lourdes depuis plus d'un an, avec 72 soldats tués.   Le mois le plus meurtrier a été mai, avec 1.951 civils morts. Mais le bilan a diminué en juin à 1.241 morts, pour remonter en juillet à 1.652 morts, et 1.771 morts en août.


Les Américains affirment que les violences interconfessionnelles sont en diminution dans la capitale et ses environs, après le lancement en février d'un vaste plan de sécurisation de Bagdad et l'arrivée en renfort de près de 30.000 soldats.

Mais de nombreux combattants semblent avoir fui ces régions pour commettre des attaques et attentats ailleurs. Ils continuent de mener des attaques contre les forces de sécurité gouvernementales, qui ont coûté la vie à 77 policiers et soldats, pour 85 en août, selon les mêmes chiffres.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com