Céréaliculture : Vers l’augmentation des surfaces emblavées pour réduire l’importation





Le ministère de l’Agriculture et des Ressources hydrauliques prévoit l’emblavement de 1,5 million d’hectares en 2007, contre 1,3 million d’ha en 2006 pour tenter de limiter l’importation de plus en plus coûteuse des céréales.


 


Tunis - Le Quotidien


Les surfaces emblavées qui enregistrent ainsi une augmentation d’environ 20% se situeront en majorité dans le Nord avec 833.000 ha.


Les commissariats régionaux au développement agricole estiment les besoins en semences à 226.000 quintaux dont 171.000 quintaux de semences sélectionnées.


Afin d’assurer toutes les chances de succès à la prochaine campagne céréalière, les autorités de tutelle ont stocké d’importantes quantités d’engrais et de pesticides. La lutte contre les mauvaises herbes devrait concerner 522.000 hectares.


Une campagne contre les maladies fongiques est également prévue. Les besoins en fertilisants sont estimés à 190.000 tonnes.


 


20 millions de quintaux


La production de céréales durant la campagne 2006-2007 a atteint 20 millions de quintaux, soit une augmentation de 20% par rapport  la campagne précédente, selon l’office des céréales.


Pour 1,3 million d’hectares emblavés, cette production est constituée notamment de blé dur et tendre et d’orge. Elle provient essentiellement des régions du Nord-Ouest et surtout de Béja.


Les projections pour la campagne écoulée tablaient sur 18 millions de quintaux en raison d’un déficit pluviométrique ayant provoqué une baisse de 5% des surfaces emblavées.


Les terres irriguées ne contribuent que de deux millions de quintaux en moyenne à la récolte et la culture céréalière dépend toujours des aléas climatique. La Tunisie achète des céréales, notamment le blé dur servant à fabriquer le pain et la semoule de couscous.


Les importations du pays, qui s’approvisionne aux Etat-Unis, au Canada et en Europe, ont enregistré une augmentation de 74,1%, au premier semestre de 2006.


En termes de valeur, cette augmentation a atteint 97,5% en raison du renchérissement des produits céréaliers dont les prix ont connu  une augmentation située entre 45,6% pour le blé dur, 48,15% pour le blé tendre et de 103,5% pour l’orge.


 


W.K.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com