L’avenue Bourguiba, El Mourouj 2 et les 3 huit !





Vous vous rappelez certainement le moment où les travaux de revalorisation de l’avenue Bourguiba dans la capitale ont tellement traîné en longueur qu’il avait fallu une intervention exceptionnelle pour remotiver les équipes. Vous vous rappelez également que les travaux sont passés au régime exceptionnel des 3 huit, c’est-à-dire trois équipes se relayant pour réaliser les meilleures diligences. Une efficacité redoutable qui nous donna bien vite l’avenue telle que nous la connaissons aujourd’hui.


Et comme l’histoire ne se répète pas, nous voici aujourd'hui devant le même scénario à El Mourouj 2 où l’on est en train de percer le tronçon souterrain de l’extension de la ligne du métro. Certes, les travaux ont commencé, on a creusé, on a fait du bruit... mais il ne faut pas être expert en génie civil pour constater qu’à ce rythme, le calvaire des riverains durera encore et encore. Pourtant, ces mêmes riverains ne verraient aucun inconvénient à «souffrir» un bon coup à la fois (comme ce fut le cas pour les riverains de l’avenue Bourguiba) s’ils sont assurés que les travaux finiront rapidement. Alors, pourquoi les maîtres d’œuvre du métro ne s’organisent-ils pas pour assurer les 3 huit ?


 


Manoubi AKROUT


manoubi.akrout@planet.tn




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com