Selon un juge : Maliki protège les corrompus





Le Quotidien-Agences


La corruption endémique en Irak s'étend au gouvernement du Premier ministre Nouri al Maliki, a déclaré hier un juge irakien devant des députés américains.


Le juge Razi Hamza al Razi, nommé en 2004 par les Etats-Unis à la tête de la Commission irakienne d'intégrité publique, a indiqué que son organisation estimait que la corruption avait coûté au gouvernement irakien jusqu'à 18 milliards de dollars.


Selon le juge, l'enquête menée par la Commission a été entravée par le Premier ministre irakien qui a protégé certains de ses proches et autorisé les ministres à protéger des employés soupçonnés de corruption.


Razi a été contraint de quitter l'Irak en août après avoir été victime de menaces. Il a dit aux députés américains que 31 employés de sa commission avaient été tués.


Il dit ne disposer d'aucunes preuves incriminant Maliki personnellement mais le "Premier ministre a protégé certains de ses proches qui étaient impliqués dans des faits de corruption".


L'une de ces personnes était l'ancien ministre des Transports, a précisé le juge devant la Commission de la Chambre des représentants chargée de la surveillance et de la réforme du gouvernement.


Lors de cette audition, l'inspecteur général pour la reconstruction de l'Irak, Stuart Bowen, a déclaré qu'il avait constaté une hausse de la corruption en Irak. Il a ajouté que les efforts menés par les Etats-Unis pour combattre ce phénomène étaient "décevants", en raison du manque de financements notamment.


Le représentant démocrate Henry Waxman, qui dirige la Commission, s'est interrogé sur la capacité du gouvernement irakien à mener à bien ses missions en étant "si corrompu" et il a parlé de "débâcle totale" à propos de la lutte des autorités américaines contre la corruption en Irak.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com