Escroquerie : Un faux commandant fait cinq cents victimes





Les agents de l’unité nationale de lutte contre la criminalité ont réussi un joli coup de filet en arrêtant un dangereux escroc qui se faisait passer pour un commandant de la sûreté nationale. La liste de ses victimes est très longue, atteignant les cinq cents personnes.


 


Tunis - Le Quotidien


Roulant à bord d’une voiture de location, l’accusé a débarqué, il y a un an, dans la ville de Sounine (Gouvernorat de Bizerte).


Il loua une maison et s’est fait passer pour un commandant de la sûreté nationale.


Un uniforme tiré à deux épingles, dressé tout au long de la portière arrière du véhicule, persuada les gens de la région qui ne doutaient guère de sa véritable identité.


S’agissant d’un haut gradé, tout le monde voulait s’approcher de lui et faire partie de ses amis.


Dans la foulée, il en profita pour laisser entendre qu’il est en mesure de régler bien des affaires.


Du coup, les demandes ont afflué et chacun voulait tirer profit de cette nouvelle connaissance au point de s’endetter pour lui fournir les sommes d’argent exigées par notre faux commandant.


Il faut dire que cet escroc était assez chanceux puisqu’il fut aidé par le destin. Un concours de circonstances a, en effet, fait en sorte que des citoyens  ayant demandé l’aide du suspect ont vu leurs affaires se régler normalement.


Le pseudo commandant en profita pour renforcer davantage son image et consolider sa réputation.


Toutefois, un autre concours de circonstances fut derrière la découverte du manège de cet escroc.


Un agent de l’Unité nationale de lutte contre la criminalité originaire de la ville de Sounine a entendu parler de “ce commandant” et de ses dépassements.


Il informa ses supérieurs qui ouvrirent une enquête. Après plusieurs jours d’investigations, les auxiliaires de la justice ont réussi à coincer l’escroc.


Embarqué au poste, il avoua plus de cinq cents opérations d’escroquerie qui lui ont permis de ramasser une importante fortune.


Seulement et face aux graves chefs d’inculpation qui pèsent sur lui,le faux commandant ne peut en profiter que dans une vingtaine d’années, soit la peine qu’il devrait payer pour son crime.


 


H.M.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com