Les jeunes et la reprise : Ils attachent tous la ceinture pour décoller





Fini Ramadan, les veillées, l’absentéisme et le rythme ralenti lié au mois du jeûne. A présent, les élèves doivent récupérer le temps perdu pour parvenir à sauver ce premier trimestre. Les jeunes sont-ils justement prêts pour la reprise ? Comment ont-ils vécu ce début d’année scolaire ?


 


Tunis-Le Quotidien 


Il semble que la majeure partie des élèves n’a pas donné un plein rendement ces derniers temps. Le jeûne et les veillées tardives amoindrissent  leurs capacités de concentration et leur faculté de penser. Les uns arrivent tant bien que mal à se concentrer en classe mais sont incapables en revanche, de réviser après les cours. Les autres se lèvent tard, font l’école buissonnière et s’appliquent le soir pour récupérer et  être à jour. Et entre les uns et les autres, il semble que bon nombre de jeunes n’arrivent pas à carburer. Matin et soir, ils affichent un absentéisme quasi-total. Avant la rupture du jeûne, ils sont somnolents. Et ils consacrent leurs soirées aux veillées ramadanesques dont ils raffolent. Ils ont laissé les études en instance l’espace d’un mois. Maintenant, et après avoir porté du neuf, mangé les gâteaux de l’Aïd et dépensé leur « mahba », les jeunes gens n’ont plus d’excuse. Ils sont redevables de mettre le paquet. Pour certains, la période de trêve de l’Aïd n’était pas leurs seules vacances. Le mois saint et la fête de l’Aïd étaient pour eux une sorte de prolongation des vacances estivales. C’est hier, lundi, que l’année scolaire et universitaire a débuté réellement pour eux. Toutefois, plusieurs cours ont été donnés par les enseignants, mais très peu de choses semblent avoir été assimilé par la jeune gent ! Que faire ? Les uns comptent mettre les bouchées doubles pour remettre les pendules à l’heure. Les autres vont prendre le train en marche. Et entre les uns et les autres, il y a ceux qui disent: «il n’y a pas le feu!» Quel est le programme des jeunes pour la reprise? Témoignages.


 


Marouane, 18 ans, élève en deuxième, fait partie de ces jeunes qui n’arrivent pas à se concentrer en classe quand il est à jeun. Le jeune homme se rattrape toutefois le soir. « Les veillées, les soirées dansantes et le farniente ne figurent absolument pas sur la liste de mes dadas. Je suis un élève studieux, assidu et sérieux. Je suis également du genre casanier. J’aime les plaisirs simples de la vie. Le fait d’étudier, de sombrer dans la lecture d’un bouquin ou dans la révision, me procurent un énorme plaisir. Cela dit, lorsque je suis à jeun, mes capacités de concentration s’amoindrissent beaucoup et je n’arrive donc pas à donner le meilleur de moi-même. Je ne sais pas pourquoi je me sens tout étourdi durant la journée. Mais le fait de ne pas être très en forme en classe ne m’empêche pas de me rattraper le soir. Juste après la rupture du jeûne, je regarde le sitcom tunisien, ensuite je cours dans ma chambre pour étudier. Je peux veiller jusqu’à 2 heures du matin s’il le faut. D’ailleurs, j’ai consacré les deux derniers jours de l’Aïd pour la révision. Je voulais être à point à partir de cette reprise. Il s’agit pour moi de la réelle rentrée. Il ne faut pas que j’accumule les retards, sinon je risque de ne pas pouvoir me rattraper et de ne pas être à jour. De toutes façons, je compte mettre les bouchées doubles et j’oublierai par moments les longues nuits de sommeil jusqu’à ce que je récupère ce que j’ai raté », dit-il.


 


Kaïs, élève, 18 ans, a l’impression que la rentrée scolaire commence maintenant. C’est hier que les choses sérieuses ont commencé pour le jeune homme. Il a accumulé un grand retard et il compte retrousser ses manches pour remettre les pendules à l’heure. « J’ai vraiment l’impression d’avoir été en vacances. Je n’ai pas du tout pris au sérieux la rentrée scolaire parce que cela a coïncidé avec ramadan. J’ai toujours considéré ramadan comme une période de trêve et de farniente. Or, il faut bien que je me mette au travail. Il est grand temps pour moi de récupérer le temps perdu. Je me suis déjà mis à étudier sérieusement. J’ai dressé un programme complet pour être à jour. Au lieu d’une ou de deux heures, je vais doubler la durée de la révision quotidiennement. Il faut bien que je sois à jour. Heureusement que l’on n’a pas beaucoup avancé et ce que j’ai raté reste toujours récupérable moyennant beaucoup de bonne volonté et de sérieux de ma part. Je dois donc essayer de récupérer au maximum d’ici deux semaines, parce que entre-temps les cours continuent et, si je ne me rattrape pas, je resterai toujours en décalage par rapport aux cours donnés en classe. Je déborde de vitalité, d’énergie et de volonté et je dois mettre le paquet parce que c’est maintenant ou jamais. De plus, d’ici très peu de temps, je dois passer les devoirs de contrôle et il faut absolument que je sois prêt avant cette date », dit-il.


 


Mohamed Amine, 18 ans, s’est permis une grande période de paresse et d’indifférence durant Ramadan. Le jeune homme sait bien que la rentrée a bien eu lieu depuis des semaines. Il compte donc se mettre au travail. «Je ne peux pas considérer que la rentrée ait eu lieu maintenant dans la mesure où j’ai déjà raté plusieurs cours. Il faut bien que je me rende à cette évidence pour que je sois plus sérieux. Il faut dire que j’ai fait souvent l’école buissonnière et je restais endormi durant toute la matinée. Maintenant, je dois oublier ce farniente et cette tendance à laisser-aller. Je compte suivre des cours particuliers, histoire de m’aider à rattraper ce que j’ai raté. Je vais également faire des photocopies des cours qui me manquent et essayer d’assimiler le maximum possible en un temps record. Bientôt, nous passerons les devoirs de contrôle et je dois bien être à point avant le jour “J“», dit-il.


 


Kaïs M’zoughi, 18 ans, n’a pas tout raté. Le jeune homme ne s’est  pas absenté. Toutefois, c’est sa concentration qui lui a joué parfois de mauvais tours. « J’avais fréquemment les yeux mi-clos. Je somnolais de temps à autre en classe. Cela dit, je n’ai pas assimilé tous les cours donnés. Mais, je n’ai pas été totalement absent. Si je me mets sérieusement au travail et si je décide de me rattraper, je vais pouvoir le faire. Un petit coup d’œil sur les cours ratés suffira et je prendrai le train en marche. Je sais que je vais pouvoir m’en sortir. Ce n’est pas la mer à boire. Si je sens qu’il y a toujours des lacunes, je sacrifierai quelques soirées pour réviser et je crois que je pourrai facilement me rattraper », dit-il.


 


Nasr Eddine, 16 ans, n’a donné aucun rendement notoire, semble-t-il. Le jeune homme croit que ce n’est pas seulement de sa faute. « La majorité des élèves affichent un manque de volonté d’étudier durant le mois de ramadan. Pourtant, ce mois de jeûne n’est pas censé être un mois de paresse. Les gens doivent manifester autant d’enthousiasme pour travailler et étudier que durant les autres mois. Mais que faire ?   Les choses échappent à notre contrôle. Il faut dire que les élèves ne sont pas les seuls à faire preuve d’absentéisme. Les enseignants ont été à leur tour très inertes. Maintenant, nous devons tous nous remettre au travail pour assurer une année scolaire réussie. De toutes manières, je vais faire de mon mieux pour me rattraper et pour être à jour quitte à ce que je veille plusieurs nuits de suite », promet-il.


 

Abir CHEMLI


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com