A la Maison de la Culture Ibn Rachiq : La peinture du passé, du présent et du futur





Samir Chouchène est un peintre amateur de l’actualité qui ne néglige pas non plus le passé et le futur dans ses œuvres. Il nous fait découvrir cette tendance picturale depuis  le 5 octobre à travers une exposition qui se tient à la Maison de la Culture Ibn Rachiq.


 


Les œuvres de cet artiste font promener les férus de l’art à travers une multitude de tendances picturales. Ici l’authenticité et la subtilité s’y conjuguent à tous les niveaux et demeurent omniprésentes dans la façon de traiter les sujets. Toutefois, l’artiste privilégie des sujets tantôt nostalgiques, tantôt liés à l’actualité. Certaines de ses œuvres donnent un aperçu sur des thèmes en rapport avec le passé. C’est le cas de «Lastou Ansa», un tableau qui évoque ses souvenirs. Et ce n’est pas tout. Samir Chouchène se montre comme étant un peintre féru de certaines localités qui l’ont marqué pendant son enfance et qu’il a d’ailleurs immortalisées dans ses œuvres. En témoignent d’ailleurs des tableaux comme «Hawaria I», «Hawaria II», entre autres. Mais ce qui attire le plus l’attention dans ses œuvres c’est qu’il fait preuve de beaucoup d’imagination notamment dans sa démarche visant à restituer des formes, des figures et des figurines ainsi que d’importants événements au cœur de l’actualité. Il tente, d’autre part, de faire représenter le passé, le présent et le futur avec une méthode picturale très subtile, où la créativité est reine.


S’agissant des événements liés à l’actualité et immortalisés par l’artiste, ces derniers sont surtout perceptibles à travers des œuvres comme «Hissar I», « Khana I», «Dimaàou». D’autre part, Samir Chouchène s’est évertué à décrire un passé très tumultueux et un présent très mouvementé en les immortalisant à travers des œuvres dont les titres sont très expressifs. Les formes de ces œuvres parlent et invitent le visiteur à une réelle contemplation et, surtout, à un regard critique sur un passé particulièrement avec une vision purement artistique. L’on peut en effet décrypter cette vision à travers des œuvres comme «Mostaqbal Al Madi», et tant d’autres d’une haute valeur esthétique. D’autres figures présentant certaines localités ont été aussi mises en exergue par l’artiste dans de nombreux autres tableaux.


 Cependant, la particularité des œuvres de Samir Chouchène réside surtout dans le choix des couleurs. Le peintre privilégie en effet la combinaison de trois couleurs en l’occurrence le marron, le bleu et le jaune.


Dans les techniques privilégiées, il met un accent particulier sur le collage sur du papier ainsi que sur les aquarelles, la peinture à l’huile. Tantôt, il peint des figures, en procédant à des éclaboussements des couleurs sur la toile, tantôt, il met un accent sur l’art du dessin en réinventant des formes. La calligraphie arabe est également présente sur certaines toiles.


Mais dans les 32 tableaux, on sent aussi une forte présence du style figuratif et de l’abstrait. Cette approche picturale donne à la peinture de Samir Chouchène une vocation multidimensionnelle, c’est-à-dire une peinture qui touche à tout. C’est d’ailleurs l’avis émis par bon nombre de visiteurs de son exposition qui s’est tenue tout au long de la deuxième quinzaine du mois de Ramadan à la Maison de la Culture Ibn Rachiq et qui a drainé de nombreux férus de la peinture.


 


Ousmane WAGUÉ




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com