Honorant le Dalaï lama : Bush et le Congrès jouent avec les nerfs chinois





Le Quotidien-Agences


Le président et le Congrès américains s'apprêtent à rendre au Dalaï lama des honneurs qui risquent d'irriter considérablement la Chine, pour laquelle le chef spirituel tibétain est un séparatiste.


De mémoire de Maison-Blanche, ce serait la première fois qu'un président en exercice apparaîtrait en public avec le Dalaï lama.


Et les circonstances ont elles-mêmes tout pour crisper le gouvernement chinois, puisque la cérémonie à laquelle assistera Bush verra la présidente de la Chambre des représentants Nancy Pelosi remettre au Prix Nobel de la Paix de 1989 la plus haute distinction civile du Congrès.


Aujourd’hui, Bush recevra Tenzin Gyatso, 14e Dalaï lama, à la Maison-Blanche. Il le fera comme les fois précédentes, non pas dans le Bureau ovale, pour ne pas ajouter au probable agacement du gouvernement chinois, mais à la résidence, à l'écart des caméras.


Pékin a cependant déjà signifié sa mauvaise humeur, la dirigeant diplomatiquement contre le Congrès plutôt que la présidence. La Chine "s'oppose fermement" à quiconque exploite le Dalaï lama pour "s'ingérer dans (ses) affaires intérieures", a dit le porte-parole des Affaires étrangères Liu Jianchao. Et elle l'a fait savoir "solennellement" à Washington, a-t-il dit sans préciser son propos.


Les Etats-Unis sont toutefois tributaires de leur partenaire chinois au Conseil de sécurité de l'ONU dans maintes affaires internationales, comme la dénucléarisation de la Corée du Nord, la crise nucléaire iranienne ou la répression de la contestation en Birmanie.


Aussi Bush s'est-il employé à ménager les susceptibilités chinoises.


La crise diplomatique provoquée entre Pékin et Berlin fin septembre par un entretien entre le Dalaï lama et la chancelière allemande Angela Merkel a rappelé combien la Chine était sourcilleuse sur la question.


La Maison-Blanche a donc expliqué que Bush se rendrait à l'hommage parlementaire au Dalaï lama parce qu'il l'a fait pour d'autres récipiendaires.


Il a aussi pris soin d'informer son homologue Hu Jintao de ses intentions en septembre, à l'occasion d'un sommet Asie-Pacifique en Australie.

Par la même occasion, il a annoncé qu'il se rendrait aux Jeux olympiques de Pékin en 2008, une décision qui ne pouvait que faire plaisir à la Chine.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com