«Yaoumiett» (Carnet de voyage) : Quand Ibn Khaldoun se raconte





La vie d’Ibn Khaldoun racontée par lui-même: voilà l’originalité du travail entrepris avec brio, par Alif, «les Editions de la Méditerranée» qui publie les carnets de voyage «Yaoumiett», du grand penseur arabe, renouant ainsi avec des pages de notre histoire commune qui coïncide avec celle de l’homme: Ibn Khaldoun.


 


Contrairement au contenu de certains livres d’histoire parfois fastidieux, «Yaoumiett» (carnet de voyage) nous convie à une lecture agréable. Car non seulement les lignes sont aérées mais les mots sont également colorés et accompagnés de croquis. Imaginez un peu, un livre qui s’offre à vous comportant des calligraphies d’Ibn Khaldoun et ses propres illustrations !


D’habitude réservée à une élite spécialisée, cette denrée rare est à la disposition de toutes les curiosités. Le large public peut lire désormais le résumé de la vie d’Ibn Khaldoun, telle qu’elle est rapportée par lui-même.


C’est Adel Lahmar, haut cadre à l’Alecso qui a eu en effet cette idée en tombant un beau jour sur ce document important. Dans ce livre, il signe les textes qui aident le lecteur à se retrouver par rapport aux événements et faits de l’époque.


Par la suite, ce texte a été exécuté par Hamadi Mohamed et édité par Alif, Les Editions de la Méditerranée, comme on l’a déjà annoncé.


Le livre comporte un texte en arabe signé par Mongi Bousnina, le Directeur général de l’Alecso, qui met en exergue l’originalité et l’authenticité de ce travail. L’auteur du texte se dit en effet subjugué, du début à la fin par ce livre et par la fertilité de l’imagination d’Ibn Khaldoun ainsi que le tracé de l’écrit et son caractère esthétique façonné selon l’art calligraphique de l’époque du grand penseur Ibn Khaldoun.


Un regard concerné à des pages de l’Histoire: c’est bien cela le but recherché par ce livre document qui se lit, malgré sa teneur d’un trait.


Le livre nous invite à une belle escapade entre les interstices des mots et les arcanes des phrases.


On nous rappelle ainsi qu’Ibn Khaldoun est né en 732 de l’année de l’Hégire (27 mai 1332) aux alentours de la Mosquée Ezzeïtouna. L’érudit penseur nous raconte le voyage de sa famille, celle de «Khaldoun» entre la péninsule arabe, le Maghreb Arabe et l’Andalousie et qui finit par élire domicile en Tunisie à l’époque des «Banou Hafs» (Les Hafsides).


Les membres de sa famille étaient des érudits en matière de sciences et de politique. C’est son père qui lui a transmis l’amour du savoir. Ibn Khaldoun a par la suite cherché lui-même à acquérir sciences et lettres dispensées par de grands  spécialistes, tels que le Allama (penseur érudit) Abou Abdallah Al Abili qui lui a appris la science de la logique et des mathématiques.


Ibn Khaldoun survole quelques moments phares de sa vie, parcout le chemin de ses nombreux voyages à Tunis, Béjaya, le Caire, Damas, La Palestine et Al Hijaz en s’arrêtant par moments sur des événements qu’il juge importants. Le penseur nous rappelle, à titre indicatif, un événement sordide l’ayant marqué profondément qui est l’avènement de la peste quand il avait dix-sept ans en 1348 (749 de l’Hégire). A cette époque-là, il a perdu son père et la majorité de ses maîtres qui ont trouvé la mort ainsi que des milliers de ses concitoyens. Et comme le malheur forge la personnalité… Ibn Khaldoun a compensé ce vide par la science.


A vingt ans seulement, il a été appelé à un poste prestigieux auprès du sultan Hafside Abi Ishaq, en 1350. Il était en effet l’un des secrétaires du Souverain, chose qui l’a amené à côtoyer les politiciens et hommes au pouvoir.


Ibn Khaldoun est mort en 1406 en Egypte, mais pas son legs scientifique qui reste un précieux héritage pour l’humanité tout entière.


Ibn Khaldoun est bel et bien le penseur musulman précurseur des sciences humaines et sociales entre sociologie et anthropologie qui nous a marqués par son cachet.


Ses carnets de voyage sont l’occasion propice pour ceux qui le souhaitent bien de s’y familiariser. Un livre-document d’un grand intérêt.


 


Mona BEN GAMRA




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com