Paix au P.O : Rice joue la carte de la religion





La secrétaire d'Etat américaine a invoqué la religion pour promouvoir la réconciliation entre Israéliens et Palestiniens, lors d'une visite dans la Basilique de la Nativité.


 


Le Quotidien-Agences


En dépit d'un emploi du temps très chargé, Rice, qui est très croyante, a trouvé un moment pour se recueillir dans la Basilique à Beitlahm, la ville natale du Christ, en Cisjordanie.


Rice, vêtue d'un tailleur vert pâle, a commencé sa visite dans la Basilique par la partie réservée aux Grecs-orthodoxes avant de se rendre dans la partie arménienne puis catholique, selon son entourage.


"Etre ici dans le lieu de naissance de mon Seigneur et mon Sauveur Jésus Christ a été une expérience très spéciale et très émouvante", a déclaré Rice à des journalistes dans le cloître de la Basilique.


"Pour moi c'est un rappel (..) que ces grandes religions monothéistes qui ont peuplé cette terre ensemble ont une opportunité de surmonter leurs divergences et mettre de côté leurs rancunes, de transformer le pouvoir de religion en un pouvoir de soulagement et de réconciliation et non pas de division", a-t-elle ajouté.


La ministre palestinienne du Tourisme, Khouloud Douaïbess, a salué une "visite inoubliable" de Rice, premier chef de la diplomatie américaine à venir à Beitlahm depuis Madeleine Albright en 1999.


"J'espère que cette visite donnera à la secrétaire d'Etat l'énergie nécessaire pour relever le défi de la préparation de la conférence et que celle-ci apportera la paix à la région et aux territoires palestiniens", a-t-elle ajouté.


Des mesures de sécurité draconiennes avaient été imposées autour de la Basilique et sur le chemin emprunté par le convoi de Rice pour y arriver.


Les rues de la ville, dont l'économie a été sévèrement frappée par les bouclages et la barrière de séparation érigée par Israël, étaient pratiquement désertes.


Alors que Rice visitait la Basilique, des dizaines de Palestiniennes, mères de prisonniers détenus en Israël, se sont rassemblées à l'extérieur pour exiger leur libération.


Rice, dont le père et le grand-père étaient des pasteurs presbytériens, avait s'était réjouie lundi de pouvoir se recueillir sur le site présumé de la naissance du Christ.


"Je pense que cela va représenter une grosse émotion pour moi (...) Je commence à connaître cette route de Ramallah par coeur, et cela me donne l'occasion d'aller dans une autre partie des Territoires (palestiniens), et de rencontrer la société civile", a-t-elle déclaré.


Outre la visite dans l'église, Rice a rencontré à Beitlahm des membres du gouvernement palestinien, des hommes d'affaires et des représentants de la société civile.


 


__________________


 


George Galloway :


La Conférence de paix est une parodie sinistre


 


Le député britannique George Galloway ironise sur la future conférence de paix sur le Proche Orient, la qualifiant de comédie. «La soi disant conférence de paix est une grotesque comédie qui vise avant tout à diviser les Musulmans selon les critères ethniques», a-t-il affirmé, lors d’un entretien avec le journal United Press International. «L’objectif est de préparer une éventuelle face à face avec l’Iran», a-t-il poursuivi. «N’oublions pas que la ville de Qods est toujours enchaînée par ceux que nous connaissons pour avoir occupé la Palestine, l’Irak et autres parties des terres arabes».


Ancien membre du parti travailliste, Gallowey est revenu sur les assassinats en série au Liban. «Il n’y aucun doute sur la culpabilité d’Israël, pays qui possède de vaste moyens terroristes et à qui profitent réellement ces crimes». Gallowey a ensuite évoqué l’appel lancé par Saad Hariri, chef de file du 14 mars à George Bush, appel qui exhorte ce dernier a faire pression sur la Syrie pour empêcher ce qui est qualifiée d’ingérence syrienne au Liban. «Si le Liban est constamment utilisé comme un couteau à planter dans le dos de la Syrie, c’est parce que la Syrie est un pays qui n’aime pas à s’incliner devant l’occupation illégitime de son territoire».

«Cela fait longtemps que les sionistes et les impérialistes profitent du Liban pour satisfaire leurs propre intérêts, avant même que M Hariri occupe le devant de la scène libanaise», a conclu le député.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com