Soudan-Rebelles : Le gouvernement cède





Le président soudanais Omar el-Béchir a satisfait à une demande des ex-rebelles sudistes en remaniant le gouvernement central, ce qui ouvre la voie à une fin de la crise née de la suspension du Mouvement de libération du Soudan (SPLM) de sa participation à ce cabinet.


 


Le Quotidien-Agences


Le remaniement par décrets présidentiels a été annoncé dans la nuit d’avant-hier à hier et les personnalités nommées, toutes membres du SPLM, viennent d'une liste soumise au président Béchir quelques heures auparavant.


Ce remaniement touche notamment le ministère des Affaires étrangères, dont le titulaire, Lam Akol, change de poste et devient ministre aux Affaires du Conseil des ministres.  Akol, un sudiste considéré par les siens comme trop proche du nord, est remplacé par Deng Alor.


Il est clairement destiné à atténuer la tension avec le SPLM puisqu'il répond à l'une des revendications qui ont justifié sa décision le 11 octobre de suspendre sa participation au gouvernement central, jusqu'au règlement de différends avec le Parti du congrès national (NCP), la formation de  Béchir.


Le SPLM n'a pas encore réagi officiellement à ce remaniement même si l'un de ses dirigeants a exprimé, sous couvert de l'anonymat, une certaine satisfaction en déclarant  que Béchir avait choisi les nouveaux ministres parmi la liste qui lui avait été soumise mardi.


Mansour Khaled, un nordiste membre du SPLM et ancien conseiller du chef historique du mouvement John Garang, aujourd'hui disparu, devient ministre du Commerce extérieur.


Il se prévaut d'une longue expérience puisqu'il a été quatre fois ministres par le passé et avait été chef de la diplomatie dans de précédents gouvernements.


Parmi les autres personnalités sudistes nommées au gouvernement central, James Kol Rol est désigné ministre des Affaires humanitaires et Kosta Manibi, ministre de l'Investissement.


Les ministres sudistes de la Santé,  Tapita Boutros, et du Transport, Kwal Miang, gardent leurs postes.


Six ministres d'Etat sudistes ont été nommés à différents postes ainsi que deux conseillers présidentiels, selon les décrets signés par Béchir.


Le remaniement a été annoncé après une rencontre mardi du président Béchir avec une délégation sudiste conduite par le numéro deux du SPLM, Riek Machar, qui lui a remis deux lettres.


L'une concerne les nominations sudistes aux postes ministériels dans le gouvernement central et l'autre les revendications du SPLM relatives à l'application de l'accord de paix global de 2005 (CPA).


Le CPA a mis fin à une guerre de 21 ans dans le sud qui a coûté la vie à pas moins de 1,5 million de personnes.


Machar a déclaré mardi à la presse que le leader sudiste, Salva Kirr, était attendu dans les 48 heures à Khartoum en provenance de Juba, dans le sud, pour régler les différends entre les deux parties avec le président Béchir.


Le SPLM avait décidé de geler sa participation au cabinet pour protester contre ce qu'il considère comme des entraves du NCP du président Béchir à l'application du CPA.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com