Liban : La Troïka européenne au chevet de Beyrouth





Le Quotidien-Agences


Les ministres français, espagnol et italien des Affaires étrangères ont affirmé hier à l'occasion d'une démarche commune au Liban leur engagement à aider à résoudre la crise politique qui y entrave l'élection d'un président.


Prenant la parole au quartier général de la Force intérimaire de l'ONU au Liban (Finul) stationnée à Naqoura au sud du Liban, Bernard Kouchner (France), Massimo d'Alema (Italie) et Miguel Angel Moratinos (Espagne) ont affirmé qu'ils souligneront aux protagonistes libanais la nécessité de sortir de l'impasse.


"Aujourd'hui c'est une visite importante et historique", a déclaré le ministre espagnol qui devait avec ses homologues rencontrer les responsables libanais dans la journée à Beyrouth pour faciliter l'élection d'un président du Liban avant l'échéance constitutionnelle du 24 novembre.


"C'est un signe très fort que les trois pays viennent à un moment opportun où le Liban doit aspirer à l'espoir et à la paix au Liban et dans la région", a-t-il poursuivi.


"Les trois pays euro-méditerranéens sont venus ensemble dans le même but: aider à appuyer et à s'engager pour la paix et la stabilité au Liban", a ajouté Moratinos.


Massimo d'Alema a pour sa part souligné que la mission dont ils étaient investis ne devait pas être assimilée à une "ingérence" dans les affaires intérieures du pays où pro-occidentaux et pro-syriens s'affrontent sur l'élection du prochain président de la République.


Les trois ministres rencontrent dans la journée le Premier ministre Fouad Siniora, le président du Parlement Nabih Berri (opposition) et le cardinal Nasrallah Sfeir, l'influent patriarche de la communauté maronite chrétienne dont est traditionnellement issu le président du Liban.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com