Coopération euro-méditerranéenne : Développer l’énergie propre en Afrique du Nord





Tunis — TAP


Les moyens de développer la coopération tuniso-italienne et euro-méditerranéenne dans le domaine des énergies renouvelables à travers la promotion du système européen d'encouragement des énergies renouvelables (RECC) en Afrique du Nord, ont été débattus lundi, à Tunis, par des experts européens, tunisiens, marocains et égyptiens.


Selon M. Corrado Clini, directeur général au ministère italien de l'Environnement, de la tutelle du territoire et de la mer, organisme initiateur de la rencontre, la coopération dans ce domaine et particulièrement l'interconnexion électrique revêt un caractère stratégique pour les pays de la région ainsi que, pour l'Union européenne (UE).


Il a ajouté que dans le cadre du protocole de Kyoto, l'UE a fixé comme objectif pour l'an 2010, de porter l'électricité produite à partir des énergies renouvelables à plus de 20%, outre l'augmentation de la part des biocarburants dans les carburants consommés.


Cependant, a-t-il dit, sans une coopération intense avec les pays nord-africains et ceux des Balkans, ces objectifs ne seront pas atteints et, partant, il serait difficile à l'UE d'honorer ses engagements d'autant que la production de biocarburants, tels la biomasse et le bio diesel à partir de plantes comme la Jatropha, nécessitent la mobilisation de dizaines de milliers d'hectares en dehors de l'UE.


Pour M. Clini, le système RECC, destiné à encourager la production de l'énergie propre, offre aux promoteurs européens, tunisiens et à tous les investisseurs de la région des opportunités pour développer le partenariat en matière de production des énergies propres et combler le déficit européen attendu dans ce domaine.


M. Benaissa Ayadi, directeur général de l'Agence nationale pour la maîtrise de l'énergie (ANME), a affirmé qu'une cinquantaine de projets inscrits dans le cadre du Mécanisme de développement propre (MDP), mis en place par le ministère de l'Industrie, de l'énergie et des petites et moyennes entreprises, ont été identifiés en Tunisie.


Il a ajouté que les projets MDP et les certificats générés par les crédits carbones de maîtrise de l'énergie s'inscrivent dans une logique de partenariat Nord- Sud des pays méditerranéens, précisant qu'ils permettent à la fois la contribution au développement durable des pays en développement et le respect des engagements de limitation et de réduction de gaz à effet de serre des pays industriels.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com