La CNAM, 4 mois après son démarrage : Les prestataires de soins appellent à mieux huiler les rouages





Une réunion consacrée à l’évaluation du nouveau régime d’assurance-maladie après environ quatre mois de son démarrage s’est tenue hier à Tunis. Il en ressort que les prestataires de soins estiment qu’il est grand temps de combler les lacunes apparues.


 


Tunis-Le Quotidien


L’heure d’un premier bilan a sonné pour la Caisse Nationale d’Assurance-Maladie (CNAM), cheville ouvrière de la réforme de la couverture-maladie entrée en vigueur le 1er  juillet dernier.


A en croire des sources proches du Syndicat Tunisien des Médecins Libéraux dont le Bureau s’est réuni hier avec les responsables de la CNAM pour faire le bilan de la nouvelle expérience, les médecins estiment qu’il urge de parachever les négociations sur l’élargissement de la liste des actes d’hospitalisation et des actes de chirurgie qui seront prises en charge par la caisse dans le cadre de la première étape d’application du nouveau  régime d'assurance-maladie.


S’agissant des médicaments, les médecins ont noté la nécessité de limiter le nombre des médicaments dont le remboursement nécessite un accord préalable de la CNAM.


Ils ont également jugé utile, dans ce même chapitre, de confier la substitution des médicaments princeps (fabriqués sous brevet) par leurs génériques moins chers aux médecins puisque la légalisation de la substitution par les pharmaciens a buté sur plusieurs problèmes.


Les médicaments génériques permettent à la caisse de réduire la facture de soins et de limiter l’importation puisque ces médicaments sont jusqu’à 30%  moins chers que les médicaments fabriqués sous brevet.


 


Déficit de communication


Les médecins ont, par ailleurs, mis l’accent sur le «déficit de communication» relatif au nouveau régime d’assurance-maladie.


De nombreux patients n’ont jusqu'ici aucune idée sur le mode de paiement et le taux de remboursement ayant trait à tous les actes médicaux et les médicaments pris en charge au cours de la première étape.


Les médecins ont souligné, à et effet, la nécessité  d’intensifier les campagnes  de sensibilisation sur les avantages que procure le nouveau régime de couverture-maladie ainsi que sur les droits et les obligations des patients et des prestataires de soins.


D’autres réunions d’évaluation devraient se tenir dans les semaines à venir avec les  autres catégories  de prestataires de soins comme les cliniques privées, les pharmaciens et les biologistes d’autant plus que la deuxième étape d’application du nouveau régime est prévue pour le mois de janvier 2008.


 


W.K.


 


___________________


 


Les médecins spécialistes signent la convention-cadre


 


Selon des sources proches du ministère des Affaires sociales, le Syndicat Tunisien des Médecins Spécialistes Libéraux aurait, en principe, signé hier soir la convention-cadre relative  au nouveau régime d’assurance-maladie.


Cette signature devrait ouvrir la voie, selon les mêmes sources, à la signature de la convention sectorielle régissant les rapports conventionnels entre ce syndicat et la CNAM.


Le Syndicat des Médecins Spécialistes a été créé en janvier 2006 sur fond d’un conflit d’intérêts entre les généralistes et les spécialistes.


Ces derniers avaient jusqu’ici dénoncé un accord «incomplet» et «en contradiction avec  la déontologie médicale entre le Syndicat des Médecins  Libéraux et la CNAM. Ils contestent notamment le passage obligatoire par le  médecin généraliste avant toute consultation spécialisée.


 

W.K.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com