Ligue des champions d’Afrique (finale aller) : Double défi étoilé





Des Etoilés hautement motivés


 


* Ligue des champions d’Afrique (finale aller) - Stade Olympique de Sousse (19h10) - Arb: Divine (Cam) - Direct TV T7


 


Le grand jour est arrivé. Pour l’Etoile, la finale aller de la Ligue des champions s’annonce sous de meilleurs auspices, même si l’adversaire, Al Ahly, est le tenant du titre et même si les Etoilés ont perdu la finale de 2005 face à ces mêmes Ahlaouis.


 


L’Etoile Sportive du Sahel s’apprête à disputer la troisième finale de la Ligue des cham-pions en quatre ans. Elle aura capitalisé quatre finales de compétitions africaines si l’on tient compte de la consécration de l’équipe en Coupe de la CAF, édition 2006. Un palmarès acquis de haute lutte depuis plus d’une décennie vient en effet enjoliver la belle saga sahélienne. Ce soir, le représentant tunisien croisera de nouveau le fer avec son tombeur de l’édition 2005.


L’on se rappelle le sinistre épisode dont le seul animateur (ou plutôt instigateur) est Mehmet Bazdarevic, un entraîneur ne maîtrisant guère son sujet et de surcroît défaitiste devant Al Ahly qu’il qualifiait d’inaccessible au point d’opter pour un schéma tactique renonciateur à Sousse et de capitulation au Caire. L’histoire renseigne certainement le présent et l’on devine aisément que Bertrand Marchand sera plus entreprenant que Bazdarevic  et n’aura pas froid aux yeux pour aller à la conquête de ce sacre continental. Il est vrai aussi que l’effectif étoilé regorge de jeunes talents avides de titres et fortement ambitieux à l’entame de leurs carrières professionnelles.


A leurs côtés, d’autres joueurs expérimentés et rompus aux joutes africaines apporteront à coup sûr leur contribution pour que l’objectif soit atteint même si l’adversaire s’appelle Al Ahly du Caire, un client, certes sérieux, mais qui ne fait nullement peur à Marchand et à ses joueurs. On le sent à travers leurs propos de la veille du match et de leur comportement à l’entraînement de jeudi effectué à huis clos durant lequel ils ont fait preuve de beaucoup de sérénité et d’application. Les Etoilés savent que le calme et la lucidité aidant, ils peuvent se dépêtrer de toutes les difficultés du match et évacuer autant que faire se peut l’énorme pression qui pèse sur leurs épaules d’autant que le résultat du match aller risque de s’avérer déterminant pour l’octroi du titre.


 


Les coudées franches


En pareille circonstance et de surcroît s’agissant d’une finale de la plus prestigieuse compétition continentale, la solidarité n’est nullement un vain mot. Elle est même nécessaire pour que le jeu soit réellement collectif. Chacun des joueurs devra mettre la meilleure contribution possible au service de l’équipe et il n’est pas exclu que l’un d’eux faute et que l’erreur doit être réparée par un autre sans que l’un des aspects du jeu soit affecté. On le sait, les Etoilés sont décidés à tout mettre en œuvre pour faire la différence dès le match de Sousse sans avoir à attendre ce qui pourrait survenir au Caire. Jouer en bloc d'une manière cohérente, user de toutes les ficelles pour contrecarrer  les Aboutrika, Flavio et Baraket et aller solliciter l’excellent El Hadhri  le plus souvent possible, sont autant de consignes que Marchand aurait certainement communiquées à ses joueurs.


 


On ne déroge pas à la règle


L’Etoile nous a habitués depuis quelques années à produire un jeu, le sien, quel que soit le nom de son adversaire du jour. Asseoir sa manière de jouer et imposer son style de jeu est, en fait, le «souci» permanent de l’équipe étoilée.


Naturellement, quelques spécificités de l’équipe d’Al Ahly doivent être prises en compte telles que l’improvisation et l’étonnante efficacité d’Aboutrika ou encore le jeu réfléchi de Baraket et l’opportunisme de l’Angolais Flavio. Mais cela n’empêchera pas  l’Etoile de développer son jeu habituel pour désarçonner la défense ahlaouie qui n’est certainement pas le point fort de l’équipe même si, dans la cage, il y a un certain Issam El Hadhri. On devine donc les intentions de Bertrand Marchand qui alignera une équipe disposée en 4-4-2 pouvant se muer en 4-3-3 comme cela a été le cas devant les redoutables Soudanais d’Al Hilal. Gelson Silva et Muri Ogunbiyi auront un rôle à jouer dans la conception du jeu étoilé en écartant le jeu pour créer le maximum d’espaces et alerter rapidement les avants de l’équipe. Au-delà des considérations tactiques, il appartient également à Mathlouthi et sa défense de veiller au grain pour que le «pêché mignon» ne soit pas commis car un but encaissé à Sousse pourrait s’avérer fatal comme cela s’est produit le 4 décembre 2004 face aux Nigérians d’Enyemba lors de la finale aller de cette même compétition. Donc vigilance, les gars, et bon vent Etoile.



Mounir EL GAIED


 


Formation probable


Mathlouthi, Frej, Mériah, Felhi, Ghézal, Nafkha, Narry, Ogunbiyi, Gelson, Bukari, Chermiti.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com